Environnement Lançonnais

Vous avez dit 100% renouvelable, c’est possible...

mercredi 23 septembre 2015 par Alain KALT (retranscription)

Le Mardi 14 avril 2015 11h20, Christo MICHE a écrit :

Bonjour,

un article très intéressant qui pourrait annoncer la faillite totale d’AREVA (et entraîner EDF et toute la filière nucléaire dans sa chute !!)

L’anomalie signalée mardi par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur la cuve du réacteur nucléaire en construction à Flamanville (Manche) risque de condamner ce réacteur ainsi que deux autres EPR en chantier en Chine, affirme jeudi l’organisation écologiste Greenpeace. "Si les tests en cours confirment l’anomalie (et il y a de fortes probabilités qu’ils la confirment) ces EPR sont condamnés à ne pas démarrer" car les cuves, dont l’acier fait l’objet de doutes, "sont a priori irremplaçables" une fois posées, a déclaré à l’AFP Yannick Rousselet, chargé des questions nucléaires à Greenpeace France.

http://france3-regions.francetvinfo...

Alors OUI passons au 100 % d’énergies renouvelables !!

Notre pays pourrait être techniquement capable pour 2050 de produire une électricité 100% renouvelable en s’appuyant principalement sur l’énergie éolienne, solaire et hydraulique. Cette production "verte" totale pourrait - grâce à de nombreuses améliorations techniques à venir - atteindre 1.268 terawattheures (TWh), "soit le triple de la demande annuelle", précise le rapport. On a bien lu : trois fois les besoins des Français.

Nous pourrions nous passer du nucléaire

Mais quid du nucléaire qui fournit actuellement 75% de notre courant, mais n’est pas renouvelable ? Eh bien, l’Ademe estime que la France pourrait faire le choix de s’en passer, et c’est sans doute ce point qui coince en haut lieu. La Loi de transition énergétique, défendue en ce moment à l’Assemblée nationale par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal n’est pas vraiment sur cette ligne. Elle défend en effet un passage à 50% d’électricité nucléaire en 2025 - ou peut-être 2030.http://tempsreel.nouvelobs.com/plan...

100 % de renouvelables en 2050

L’Ademe démontre en effet, chiffres à l’appui, que l’idée d’un système électrique totalement renouvelable à l’horizon 2050 est non seulement techniquement, mais aussi économiquement crédible : des coûts d’électricité de 11,5 à 12 centimes d’euro par kWh (contre 9,1 centimes actuellement) qui risquent fort de se révéler inférieurs à ceux associés à une poursuite de la politique nucléaire actuelle.On sait bien effet aujourd’hui, grâce au dernier rapport de la Cour des comptes, que la réhabilitation du parc (pour dix ou vingt ans supplémentaires) va augmenter les coûts de 3 à 4 c/kWh sans pour autant régler l’épineuse question du renouvellement du parc qui restera néanmoins indispensable dans vingt ans. Et les nouveaux malheurs de l’EPR, dont la cuve n’inspire pour le moins pas confiance, vont encore plomber son coût, si jamais il voit le jour, ce qui paraît de plus en plus improbable.Dans ces conditions, il ne suffit plus de nier l’existence d’une politique crédible, différente de la politique actuelle, il va falloir démontrer que la politique actuelle est la meilleure…

Relancer un débat escamoté

En effet, si une politique tout renouvelable est possible, avec ses avantages évidents en termes d’environnement, d’indépendance énergétique et d’emploi, on voit mal pourquoi on s’obstinerait dans une politique dont les risques environnementaux (accident majeur, déchets, etc.) et industriels sont d’une autre ampleur.C’est maintenant aux services du ministère, soit d’apporter la preuve que le scénario de l’Ademe ne tient pas la route, soit de montrer les avantages d’une poursuite de la politique actuelle.

En tentant de réduire l’Ademe au silence, le ministère de l’Ecologie ne chercherait-il qu’à gagner le temps nécessaire à la mise en place d’une programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) dans la continuité de la politique passée, au besoin avec quelques inflexions ?Ce serait une grave erreur, car, si finalement, c’est la perspective d’un système électrique à dominante renouvelable qui doit finalement l’emporter à long terme, c’est dès la prochaine programmation pluriannuelle énergétique (PPE) qu’il faut en prendre acte. Nous n’avons pas le loisir de perdre cinq ans de plus avant de prendre les mesures qu’imposerait cette nouvelle orientation, en particulier en termes d’infrastructures de transport et d’économie d’électricité.

C’est donc sans attendre qu’il faut lancer et arbitrer ce débat soigneusement escamoté jusqu’ici par les pouvoirs publics avec la complicité active du lobby nucléaire.http://www.reporterre.net/C-est-mai...

Lire aussi :

les services de Ségolène Royal (EDF), affolés à l’idée que les Françaises et les Français sachent que le 100% EnR ne coûtera pas plus cher qu’un mix à haute dose de nucléaire, sont bien intervenus pour pervertir les conclusions de l’étude sur le volet économique :

Ademe : "Par ailleurs, les échanges menés depuis janvier avec les acteurs du système électrique ont conduit l’ADEME, en accord avec les services du ministère de l’écologie, à décider de lancer des travaux complémentaires. En effet, certaines hypothèses peuvent être considérées comme ambitieuses et vont donc faire l’objet d’études de sensibilité, comme la baisse des coûts des technologies ou la capacité de piloter la demande par exemple. L’étude ainsi complétée devrait être publiée avant la fin de l’été." Traduction : EDF a demandé que l’on rehausse les hypothèses de coût du solaire PV et de l’éolien afin de protéger le DOGME du nucléaire indispensable car meilleur marché. Car il devient en effet complètement crétin de continuer à faire du nucléaire, énergie sale (déchets à très longue durée de vie), non durable (le peak Uranium 235 approche à grands pas), dévoreuse d’eau douce, potentiellement très dangereuse (Fukushima) et vivement contestée en Europe s’il n’est plus le moins cher.

Or en réalité l’étude est basée sur une hypothèse très haute du coût du grand solaire PV, comme je l’explique ici (ceci avec comme référence une étude majeure et récente de l’Institut Fraunhofer fruit du travail avec un grand nombre d’experts du secteur). Il faut donc revoir à la baisse, et non à la hausse les coûts.

http://objectifterre.over-blog.org/...

Christo Miche

.

__,_._,___


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 635441

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Energie   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License