Environnement Lançonnais

Le régime alimentaire occidental n’est pas soutenable

jeudi 19 août 2010 par Alain KALT (retranscription)

PNUE : le régime alimentaire occidental n’est pas soutenable POLLUTION - Actu-Environnement.com - 03/06/2010

Un groupe d’experts internationaux, le Groupe sur la gestion durable des ressources, a remis le 1er juin au Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) un rapport visant à hiérarchiser les menaces qui pèsent sur l’environnement afin d’aider les gouvernements à prioriser leurs actions. Reposant sur des analyses de cycles de vie, l’étude répertorie les matériaux et l’énergie requise pour la production, la consommation et la destruction des produits de consommation.

Le rapport classe les 27 principales sources de détérioration de l’environnement. Ainsi, la consommation de viande et d’énergie (particulièrement d’énergies fossiles) constituent les deux principaux facteurs qui rendent l’empreinte écologique mondiale insoutenable.

L’agriculture à elle seule consomme 70 % de l’eau douce et a transformé 38 % de la surface du globe. Elle est aussi à l’origine de 19 % des émissions de gaz à effet de serre, de 60 % de la pollution des eaux (phosphore et azote) et de 30 % de la pollution chimique en Europe. Les productions de viande et de lait sont les plus impactantes, notamment à travers la production de la nourriture pour animaux : plus de la moitié des cultures vivrières mondiales sont de nos jours destinées à l’alimentation des animaux. Face à l’augmentation de la population mondiale, le rapport alerte sur le régime actuel des populations et sur sa nécessaire évolution : ’’il devient évident que la prochaine étape consiste à nourrir la population directement avec l’énorme production des terres et des autres ressources vivantes accaparées par les cheptels domestiques. En clair : moins de viandes, plus de céréales et de légumes dans la diète’’.

Enfin, le rapport note que 20 à 30 % de l’empreinte écologique des pays développés serait produite en sol étranger. Les impacts des importations devraient donc être attribués aux populations responsables de cette consommation, selon les experts.

Sophie Fabrégat


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 624779

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Politique et environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License