Environnement Lançonnais

Le top des aliments les plus répugnants

vendredi 16 août 2013 par Alain KALT (retranscription)

Une bonne santé repose d’abord sur une bonne alimentation. Pourquoi alors cette habitude qu’ont de nombreux peuples de manger également des aliments qui n’apportent rien de spécial à la santé, mais qui sont en revanche répugnants d’aspect ?

C’est qu’ils servent de marqueurs culturels indiquant qui fait partie du groupe et qui n’en fait pas partie. Souvent forts en goût ou en odeur, ils peuvent parfois contribuer à donner une odeur corporelle particulière à une population, créant ainsi chez elle un sentiment de familiarité et de proximité, et un moyen de se reconnaître inconsciemment.

Ceux qui font partie du groupe, généralement, adorent cette nourriture et ceux qui n’en font pas partie éprouvent des hauts-le-cœur rien qu’à y penser. Il faut noter que ces aliments sont bien souvent gluants ou moisis, ce qui augmente encore le sentiment de répulsion des non-initiés, qui non seulement n’en mangent pas, mais ne voudraient même pas que ces aliments entrent dans leur maison. C’est bien sûr le cas des escargots de Bourgogne, des cuisses de grenouilles et de nombreux fromages Français.

Le grand plaisir est d’ailleurs de se donner en spectacle devant des étrangers : on poussera des « Oh » et des « Ah » de joie devant un Camembert au lait cru bien pestilentiel, surtout quand il y a un public. On assure trouver l’odeur parfaitement suave, tout en se poussant du coude et en riant en voyant la mine épouvantée des Anglais, ou des Japonais assistant à la scène. Car soyons honnêtes, au fond de nous-mêmes, nous savons bien que leur réaction est tout à fait normale.

Boissons atroces

De nombreux peuples se font une fierté de consommer des boissons atrocement amères ou au mauvais goût. Depuis 2000 ans, les Grecs ajoutent exprès de la résine de pin dans leur vin blanc ou rosé pour fabriquer du « Retsina », si âpre que les étrangers peinent à l’avaler.

Anglais et Irlandais boivent des sortes de « bières », appelées « ales » et des « stouts », dont certaines sont absolument imbuvables pour un étranger tant elles sont amères.

Chaque peuple a aussi sa liqueur si forte en alcool ou en goût qu’elle effraye les nouveaux venus.

En boire fait partie d’une sorte de rite initiatique. Vous êtes accepté dans le groupe si vous y parvenez, et si vous faites mine d’apprécier.

Les pires aliments du monde

J’ai réuni quelques-uns des pires aliments consommés dans le monde :

- Le poulpe vivant

C’est une spécialité coréenne et japonaise : le poulpe est sorti vivant d’un aquarium et servi directement sur une assiette. Il est alors très rapidement découpé au couteau pour former des bouchées encore frétillantes.

Sentir la tentacule s’entortiller autour de la langue serait un des grands plaisirs de ce plat raffiné. Certains aventuriers rapportent toutefois avoir connu quelque inquiétude en ressentant les ventouses s’accrocher dans leur œsophage et provoquer une sensation d’étouffement...

- La tête de mouton (avec les yeux)

C’est une délicatesse dans de nombreuses régions du monde, de l’Asie Centrale au Nord de l’Europe, en passant par la Méditerranée. La cervelle et les yeux sont particulièrement appréciés. Les vrais amateurs préféreront leur tête de mouton entière dans l’assiette, et laisseront le crâne parfaitement nettoyé, mâchoires et dents apparentes.

- Le boodog mongol

Les nomades de Mongolie, dépourvus de casseroles en inox, ont découvert il y a longtemps un moyen fort ingénieux de cuire une chèvre entière, ou parfois une marmotte (mais celles-ci ont des puces qui donnent la peste bubonique, donc si vous avez le choix, préférez la chèvre).

Après avoir décapité l’animal, l’avoir suspendu la tête en bas, l’avoir saigné et lui avoir brisé les pattes, vous lui insérez des pierres brûlantes dans tous les orifices et cavités imaginables, y compris entre les os des pattes et la peau. Passez ensuite une torche sur sa peau pour brûler les poils, jusqu’à la cuisson désirée. C’est l’authentique barbecue mongol.

- Le fromage de Sardaigne interdit par la loi

Le Casu Marzu est un fromage de Sardaigne, qui a dû être interdit par les autorités. Littéralement « fromage pourri », il est délibérément préparé pour servir de nid de larves provoquant pourriture et putréfaction. A maturité, il grouille littéralement d’asticots.

Aussi appelé « fromage à mouches », son goût est exactement celui que vous imaginez, avec une consistance visqueuse dûe aux larves et à la bave qu’elles laissent derrière elles une fois qu’elles ont digéré le fromage. Le Casu Marzu est, bien entendu, toxique.

- Le baluge des Philippines

Il s’agit d’un œuf de poule fertilisé et couvé quinze à seize jours, c’est-à-dire la moitié du temps avant l’éclosion. Ouvrez l’œuf, sortez le fœtus de poulet et fourrez-le dans votre bouche, entier, et donc avec tous ses membres à moitié formés : griffes, yeux, crâne, plumes et vaisseaux sanguins visibles à travers la peau translucide. Selon les Philippins qui consomment du baluge, la partie désagréable de la chose est que vous finissez le repas avec des plumes coincées entre les dents.

- À essayer en dernier (cela pourrait vous tuer)

D’abord, trouvez un nid de chauve-souris et capturez-les.

Jetez-les vivantes dans de l’eau ou du lait bouillant.

Retirez-les et faites-les rôtir.

Coupez-les en morceaux et faites-en une pâte avec des herbes et des épices thaïs. Vous pouvez aussi en faire une soupe.

Les chauve-souris font partie de la cuisine traditionnelle de Thaïlande, de certaines régions de Chine, et de l’Île de Guam dans le Pacifique, mais elles sont notoirement considérées comme porteuses de maladies. Mieux vaut donc les mettre en bas de la liste des recettes à essayer.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu’il faut l’associer à de l’huile pour l’assimiler ? Découvrez les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo (lien cliquable).

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Santé Nature Innovation n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de NPSN Santé SARL. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.com

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 635153

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License