Environnement Lançonnais

Nos 7 bonnes résolutions pour 2012

mardi 10 janvier 2012 par Alain KALT (retranscription)

« Les bonnes résolutions, on les tient rarement, pour ne pas dire jamais » : c’est le credo grinçant que nous serinent les médias à l’unisson en ce début d’année 2012, où le cynisme semble être devenu obligatoire.

Soit ils nous conseillent de, surtout, ne pas prendre de grandes résolutions car, de toutes façons, « vous n’y arriverez pas ». Soit ils nous recommandent de baisser la barre au maximum : « Mettez de la crème solaire », « Démaquillez-vous le soir », « Buvez plus d’eau », et « Prenez plus de temps pour vous », sont les conseils les plus couramment donnés sur les blogs santé cette année. La vérité, cher lecteur, c’est que vous ne risquez pas d’améliorer votre vie avec des résolutions pareilles.

- Les bonnes résolutions marchent

Il n’y a rien de plus faux que de dire que nous faisons du surplace dans la vie, qu’il est difficile, ou impossible, de s’améliorer. C’est contraire à l’expérience que nous faisons tous, tous les jours. Depuis que nous sommes nés, notre vie a consisté à faire des essais et des erreurs... qui nous ont fait progresser. Consciemment ou inconsciemment, nous prenons tous les jours de bonnes résolutions, et ça marche. Nous avons passé notre enfance à faire dans notre couche, à pleurer parce que nous avions faim, soif, trop froid, trop chaud, trop ceci, trop cela, puis à tomber en vélo ou en patin à roulette, à casser de la vaisselle, à avoir des zéros en dictée, à tacher nos vêtements. Mais nous nous sommes rendus compte que tous ces malheurs pouvaient être évités : nous avons appris à nous dominer, à mieux prévoir nos vêtements et notre nourriture, à mettre des « s » aux mots au pluriel, à manipuler le cambouis, les myrtilles et le mercurochrome avec précaution... et nous n’avons plus eu besoin de pleurer si souvent. Plus tard, nous avons fait des erreurs plus graves : peut-être avons-nous conduit trop vite, parlé imprudemment, dit des méchancetés, mal fait notre travail, provoqué un incendie dans notre cuisine... chaque fois, les conséquences ont été catastrophiques pour nous ou notre entourage... et nous nous sommes « jurés que l’on ne nous y prendrait plus ». Et en effet, dans bien des cas, nous n’avons plus recommencé. Objectivement, les probabilités sont que vous êtes devenu meilleur avec les années. Peut-être cela a-t-il pris du temps. Vous n’avez décidé de conduire plus prudemment qu’après quatre ou cinq accidents. Vous n’avez corrigé ce défaut qu’après que votre mari ou votre femme vous ait menacé de vous quitter. Vous n’avez fait attention à vos dépenses qu’après que votre banque vous ait classé interdit bancaire. Vous n’êtes devenu raisonnable et assidu au travail qu’après avoir été licencié plusieurs fois pour faute grave... Mais ce qui compte, c’est le résultat. Alors réfléchissez-y : vous abordez probablement l’année 2012 avec plus d’expérience, de connaissances, de sagesse, et donc de chance, que vous n’en avez jamais eues auparavant. C’est une bonne raison de nous réjouir, et voici des conseils pour une année 2012 heureuse :

- Souriez

Le fait de sourire déclenche la production d’endorphines, des neurotransmetteurs qui déclenchent une sensation de bien-être. De plus, être souriant vous attirera une bienveillance accrue de la part de votre entourage : constatant à votre sourire que vous êtes heureux de voir les autres, ceux-ci seront heureux de vous voir vous aussi.

Il n’y a rien de plus communicatif que de sourire : plus vous sourirez, moins vous aurez de grincheux autour de vous. Et plus la vie vous sourira à son tour.

- Souvenez-vous du nom des gens

Un des meilleurs moyens de faire plaisir autour de soi et de construire de bonnes relations est de se souvenir du nom des gens que vous rencontrez.

Lorsque vous saluez quelqu’un, lui dire « Bonjour Nicolas ! » (s’il s’appelle Nicolas) au lieu d’un simple « Bonjour ! » est un moyen simple et immédiat de lui montrer qu’il compte pour vous, surtout si ce n’est que la deuxième fois que vous le rencontrez.

Persister, après plusieurs rencontres, à bafouiller ou vous tromper de prénom est la preuve incontestable que vous n’avez pas fait attention à cette personne, et il est logique et légitime qu’elle se sente vexée, et vous juge grossier ou égoïste, même si ce n’est pas le cas.

- Arrêtez de souhaiter « Bon courage » autour de vous

La vie est-elle devenue si difficile que l’on soit obligé de se souhaiter constamment « Bon courage » au lieu de « au revoir » ou « à bientôt » ?

« Bon courage » est une expression adaptée lorsque vous quittez une personne dans l’épreuve : un ami qui prépare un examen, un sportif qui s’apprête à un exploit, un proche qui affronte la maladie ou le deuil, ou encore lorsqu’un long et pénible travail attend votre interlocuteur.

Mais souhaiter « Bon courage » à tort et à travers, c’est rappeler constamment aux autres, et à soi-même, le poids de la vie, comme si nous connaissions tous de telles épreuves que nous avions besoin de « bien du courage » pour continuer à vivre nos pénibles existences... C’est négatif, et déprimant.

Thierry Janssen, chirurgien, psychothérapeute et auteur, recommande de souhaiter partout autour de vous « une bonne vie, une belle vie » : « Tout simplement parce que je rencontre tous les jours des malades qui, malgré leurs souffrances et leurs difficultés, me disent qu’ils ont une bonne et une belle vie. (...) Car, le bonheur ne tombe pas du ciel, il dépend souvent de la manière dont nous jugeons les évènements de notre vie. Il dépend surtout de la façon dont nous vivons notre existence. Les anciens Grecs avaient un très joli mot pour parler du bonheur : l’eudaimonia – de eu (qui signifie « bon ») et daimon (à l’époque on croyait que chacun portait en lui une sorte de « génie personnel intérieur », intermédiaire entre les dieux et les mortels, qui inspirait les jugements et les actions). » (1

- Ne vous plaignez jamais

Rien à ajouter ici. C’est une règle absolue

- Réduisez votre stress

Le stress est un facteur de multiples désagréments dans l’existence : non seulement la vie est pénible quand on est stressé, mais de graves problèmes de santé peuvent apparaître à long terme, de la dépression jusqu’au cancer. Vous faire masser régulièrement, c’est démontré, réduit la pression artérielle, décontracte les muscles, et augmente les hormones du bien-être dans tout votre corps. Des chercheurs du Cedars-Sinai Medical Center (un des plus grands hôpitaux universitaires des Etats-Unis) ont constaté que le massage suédois réduit les niveaux de cortisol, l’hormone du stress. Le massage suédois, mis au point il y a deux-cents ans par le médecin suédois Per Henrik Ling (1776-1839), comporte des manœuvres d’effleurage, de pétrissage, de friction, de percussion et de vibration, qui lorsqu’elles sont exécutées dans un ordre spécifique, dissolvent les tensions, raffermissent les muscles et les articulations, favorisent la circulation sanguine et l’élimination des toxines

- Augmentez votre QI

Votre cerveau est composé essentiellement de graisses, mais pas n’importe lesquelles : un acide gras polyinsaturé, le DHA, est absolument essentiel au développement et à l’entretien de votre cerveau.

Malheureusement, votre corps est incapable de fabriquer du DHA. Votre seule source est la consommation d’huile de poisson (présente dans les poissons gras), de coquillages et de crustacés.

Augmenter votre consommation de DHA augmentera vos capacités intellectuelles (capacité d’apprentissage, mémoire, concentration, créativité) mais aussi votre moral. Une étude scientifique a démontré que prendre 900 mg de DHA pendant six mois augmente les capacités d’apprentissage et la mémoire.

Vous pouvez redoubler l’effet en consommant plus de nourriture Thaï et Indienne : selon une étude de 2006 du American Journal of Epidemiology, les personnes qui mangent du curry ont l’esprit plus rapide et ralentissent leur déclin cognitif (qui commence dès 40 ans)

- Maigrir et vous muscler

Les protéines du « petit-lait », ou lactosérum, c’est-à-dire ce liquide blanchâtre qui reste dans votre pot de faisselle, quand vous en avez retiré le fromage blanc, aide à dessiner et renforcer vos muscles. Appelé « Whey » en anglais, il est vendu à prix d’or sous forme de compléments alimentaires pour les sportifs, et en particulier les « body-builders ». Si vous êtes végétarien, remplacez le « whey » par des graines de chanvre : les protéines de graines de chanvre, facilement digérées, fournissent par conséquent non seulement les 9 acides aminés essentiels dont notre corps a besoin pour son alimentation, mais ils sont également dans la proportion correcte et ils sont biologiquement facilement disponibles pour la constitution des propres protéines du corps, y compris les immuno-globulines. Vous verrez là-aussi votre corps se muscler.

Mangez enfin plus de choux de Bruxelles et de brocolis : ces légumes augmentent la masse musculaire parce qu’ils régulent la production d’œstrogènes dans le corps. L’excès d’œstrogènes chez les femmes comme chez les hommes provoque l’accumulation de graisses en excès et la rétention d’eau.

A votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : un incroyable 88 % des lecteurs du quotidien régional « Dernières Nouvelles d’Alsace » ont déclaré, dans un sondage au mois de décembre, que « l’année 2012 sera encore plus difficile à négocier que 2011 ». (2)

Si vous connaissez des personnes autour de vous qui partagent ce sinistre point de vue (alors que, PERSONNE ne sait ce que 2012 nous réserve, et il n’y a AUCUNE raison d’exclure que de bonnes nouvelles se produisent), envoyez-leur cette lettre et conseillez-leur de s’abonner à Santé & Nutrition en cliquant ici : http://www.santenatureinnovation.fr... C’est gratuit, ça fait du bien, on se désinscrit quand on veut... que faut-il de plus ??

Sources de cet article :

1. Psychologie Magazine, janvier 2011. 2. Dernières Nouvelles d’Alsace, le 18 décembre 2011.

Si vous n’êtes pas encore abonné et que vous souhaitez vous aussi recevoir cette newsletter gratuitement, cliquez ici

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : www.santenatureinnovation.fr

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 622047

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License