Environnement Lançonnais

L’épice qui modifie 700 gènes (en bien)

lundi 9 mars 2015 par Alain KALT (retranscription)

Le curcuma est utilisé en Inde depuis des millénaires dans les currys, ces mélanges complexes d’épices qui transforment les plats en une symphonie de saveurs.

Pourtant, le curcuma n’a quasiment aucun goût par rapport aux autres épices qui composent les currys (cumin, coriandre, cardamome, piment rouge, gingembre, cannelle, clous de girofles, etc.)

C’est qu’il est utilisé non pour son goût mais pour ses vertus thérapeutiques que les médecines traditionnelles chinoise et indienne exploitent depuis des milliers d’années [1].

Plus récemment, les scientifiques ont isolé les principes actifs du curcuma, qu’ils ont appelés curcuminoïdes [2]. Le principal est la curcumine, qui représente 90 % des curcuminoïdes. Dans 100 grammes de curcuma, on trouve environ 3 grammes de curcumine.

Parmi tous les nutriments, la curcumine a fait l’objet d’un nombre colossal d’études scientifiques. Rien qu’en langue anglaise, on dénombre 2 600 études [3] !

Elle est particulièrement connue pour ses puissantes propriétés anticancer et anti-inflammatoires.

Comme vous le savez sans doute, l’inflammation chronique est un facteur sous-jacent de nombreuses maladies chroniques, si ce n’est de toutes. Il a été démontré que la curcumine influence l’expression de plus de 700 gènes, ce qui pourrait expliquer en partie ses nombreux bienfaits sur la santé :

- • anticancer,

- • anti-inflammatoire (contre l’arthrite et la pancréatite),

- • antioxydant,

- • diminuant les douleurs rhumatismales et menstruelles,

- • stimulant pour la digestion,

- • antimicrobien pour soigner les blessures, ulcères et eczéma [1] [2].

Ses effets sur le cancer ne sont donc pas, et de loin, son seul intérêt.

Un des MEILLEURS compléments pour beaucoup de cancers

Une étude publiée en 2008 dans la revue scientifique Cancer Prevention Research a observé que la curcumine inhibe la motilité (la capacité à se déplacer) des cellules du cancer du sein et leur propagation [4].

Le mécanisme est le suivant : la curcumine inhibe le fonctionnement de l’alpha-6-bêta-4 intégrine, ce qui implique qu’elle pourrait servir comme agent thérapeutique efficace dans les tumeurs qui surexpriment l’alpha-6-bêta-4 [4].

(L’alpha-6-bêta-4 est associé au développement du cancer. Il contribue à la résistance des cellules à l’apoptose et aux métastases. L’apoptose signifie la mort cellulaire programmée : les cellules cancéreuses ont la particularité de ne pas mourir quand elles le devraient, ce qui contribue au développement des tumeurs [4].)

En 2009, une étude publiée dans la revue scientifique Molecular Pharmacology a observé que la curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses du pancréas, et accroît la sensibilité des cellules à la chimiothérapie [5].

Une étude de 2009 a constaté que la curcumine favorise la mort cellulaire des cellules du cancer du poumon [6].

Une étude de 2010 a conclu que la curcumine a la capacité de cibler les cellules souches cancéreuses [7].

Comment la curcumine combat-elle le cancer ?

Ces trente dernières années, les cas de cancer ont doublé dans le monde, et les estimations indiquent qu’ils pourraient tripler d’ici 2030. Clairement, nous devons commencer à nous occuper sérieusement de la prévention du cancer.

En Inde, où le curcuma est très répandu dans la cuisine, la fréquence de 4 cancers très répandus chez nous – cancer du côlon, du sein, de la prostate, du poumon – est 10 fois plus faible.

En fait, le cancer de la prostate, qui est le plus souvent diagnostiqué chez les hommes européens, est rare en Inde, et ce phénomène est en partie attribué à la consommation de curcuma. Il apparaît que la curcumine agit contre le cancer de plusieurs façons :

- • Elle inhibe la prolifération des cellules des tumeurs,

- • aide votre corps à détruire les cellules mutantes afin de les empêcher de se répandre dans votre corps,

- • inhibe la transformation de cellules normales en cellules de tumeur,

- • diminue l’inflammation,

- • empêche le développement des vaisseaux sanguins nourrissant la tumeur,

- • inhibe la synthèse d’une protéine considérée comme essentielle pour la formation des tumeurs.

Mécanisme anti-inflammatoire de la curcumine

Voici comment la curcumine réduit les inflammations :

La Curcumine vient diminuer l’activité de certaines enzymes (Cyclooxygenase-2, Lipoxygenase, « Inductible Nitric Oxyde Synthetase », etc.) [8].

En réponse, on observe une réduction de la production des cytokines inflammatoires (TNF-α), interleukines (IL-1, IL-2, IL-6, IL-8 et IL-12), des protéines chimiotactiques de monocytes [8].

Dans quels cas prendre de la curcumine ?

En plus de la prévention des cancers, l’action anti-inflammatoire de la curcumine soulage différentes maladies inflammatoires, notamment :

- • La polyarthrite rhumatoïde (inflammation des articulations) : Une étude clinique randomisée, et en double aveugle, a montré que la curcumine réduisait le gonflement des articulations, la raideur matinale, et facilitait la marche chez les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde [8].

- • Les problèmes gastro-intestinaux, dont le syndrome du côlon irritable, l’ulcère gastrique, la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. 207 patients atteints du syndrome du côlon irritable ont reçu des extraits standardisés de curcuma. Après 4 semaines de traitement, 56 % des patients avaient vu une réduction de leur syndrome [8].

Lors d’une étude, des chercheurs ont observé que 48 % de patients ayant reçu 600 mg de curcumine 5 fois par jour avaient vu leurs ulcères gastriques disparaître après 4 semaines. Après 12 semaines, 76 % de cette même population n’avaient plus d’ulcères gastriques [8].

Plusieurs études ont observé l’efficacité de la curcumine pour atténuer la colite ulcéreuse, et la Maladie de Crohn [8].

- • L’uvéite antérieure chronique, qui donne les yeux rouges et douloureux (larmoiement et crainte de la lumière). La vue peut même être brouillée [8]. Dans une petite étude sur 32 patients atteints d’uvéite antérieure (de 19 à 70 ans), on leur a administré 375 mg de curcumine 3 fois par jours pendant 12 semaines. Après 2 semaines, tous les patients avaient vu leurs symptômes s’atténuer : meilleure acuité visuelle, moins de larmoiement et de précipités cornéens rétrokératiques [8].

- • La curcumine a montré une légère amélioration dans les cas de pancréatite. Des chercheurs ont observé une baisse des marqueurs de la peroxydation lipidique [8]. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires dans ce domaine. Le vrai potentiel de la curcumine est encore ignoré ! Malgré les nombreuses études déjà menées, les scientifiques estiment que le champ d’action de la curcumine n’est que partiellement exploré à ce jour. Autrement dit, tout reste à découvrir.

Comme l’inflammation joue un rôle majeur dans presque toutes les maladies chroniques, les chercheurs soupçonnent que les vertus anti-inflammatoires de la curcumine pourraient offrir de l’espoir à des millions de patients supplémentaires [9].

Par exemple, ceux atteints de maladies neurodégénératives (démence, Alzheimer, Parkinson), de maladies du cœur, de maladies des poumons, de maladies auto-immunes (sclérose en plaques, Lupus, sclérodermie), et de tumeurs (amas de cellules) [9].

Le prix de la curcuma est dérisoire par rapport aux médicaments et thérapies concurrents. C’est donc un cadeau de la nature accessible à tous. Conseils pour bien assimiler la curcumine Le curcuma que l’on trouve dans les commerces alimentaires n’est pas très riche en curcumine. Vous devriez en absorber des quantités gigantesques pour commencer à bénéficier de ses effets.

C’est pourquoi il existe des compléments de curcumine qui offrent un dosage suffisant. Mais tous ne se valent pas, car la curcumine n’est pas facilement assimilable par le corps. On dit qu’elle n’est pas très biodisponible.

Par nature, la curcumine est très rapidement éliminée par le corps. Ceci limite son efficacité [8].

Un des trucs consiste à prendre de la curcumine avec un corps graisseux (comme une cuillère d’huile).

Une autre astuce consiste à choisir une formulation qui combine curcumine et pipérine (poivre noir). La pipérine ralentit le processus d’élimination de la curcumine par le corps. Ceci prolonge l’efficacité de la curcumine.

Attention toutefois, une étude a montré que les rats qui recevaient de la pipérine subissaient une détérioration de leur appareil génital [10].

Même si à ce jour, aucune étude n’a été menée pour vérifier ces effets sur les humains, il paraît plus prudent de l’éviter.

Pour vous procurer une formulation de curcuma issu de l’agriculture biologique, très riche en curcumine (entre 3 et 5%), hautement biodisponible et sans pipérine, rendez-vous ici (lien cliquable).

Bien à vous,

Eric Müller


Sources :

[1] Bharat B Aggarwal, Molecular Targets and Therapeutic Uses of Spices : Modern Uses for Ancient Medecine

[2] Site passeportsante.net consulté le 13/10/2014, Curcuma : faites le plein d’antioxydants

[3] ALEXIOS S. STRIMPAKOS, RICKY A. SHARMA, Comprehensive Invited Review : Curcumin : Preventive and Therapeutic Properties in Laboratory Studies and Clinical Trials, ANTIOXIDANTS & REDOX SIGNALING Volume 10, Number 3, 2008, Mary Ann Liebert, Inc., DOI : 10.1089/ars.2007.1769

[4] Kim HI, Curcumin inhibition of integrin (alpha6beta4)-dependent breast cancer cell motility and invasion, Cancer Prev Res (Phila). 2008 Oct ;1(5):385-91. doi : 10.1158/1940-6207.CAPR-08-0087.

[5] Li J, Polyethylene glycosylated curcumin conjugate inhibits pancreatic cancer cell growth through inactivation of Jab1, Mol Pharmacol. 2009 Jul ;76(1):81-90. doi : 10.1124/mol.109.054551. Epub 2009 Apr 24.

[6] Saha A, Apoptosis of human lung cancer cells by curcumin mediated through up-regulation of "growth arrest and DNA damage inducible genes 45 and 153", Biol Pharm Bull. 2010 ;33(8):1291-9.

[7] Fong D, [Curcumin inhibits the side population (SP) phenotype of the rat C6 glioma cell line : towards targeting of cancer stem cells with phytochemicals, Cancer Lett. 2010 Jul 1 ;293(1):65-72. doi : 10.1016/j.canlet.2009.12.018. Epub 2010 Jan 20.

[8] Jurenka J. S., Anti-inflammatory Properties of Curcumin, a Major Constituent of Curcuma longa : A Review of Preclinical and Clinical Research, Alternative Medicine Review, Volume 14, Numéro 2, 2009

[9] Bharat B. Aggarwal, Potential therapeutic effects of curcumin, the anti-inflammatory agent, against neurodegenerative, cardiovascular, pulmonary, metabolic, autoimmune and neoplastic diseases, The International Journal of Biochemistry & Cell Biology 41 (2009) 40–59

[10] T Malini, Effects of piperine on testis of albino rats, Journal of Ethnopharmacology, Volume 64, Issue 3, March 1999, Pages 219–225

[11] Du Q, Synergistic anticancer effects of curcumin and resveratrol in Hepa1-6 hepatocellular carcinoma cells, Oncol Rep. 2013 May ;29(5):1851-8. doi : 10.3892/or.2013.2310. Epub 2013 Feb 27.

[12] S Sharma, Resveratrol and curcumin suppress immune response through CD28/CTLA-4 and CD80 co-stimulatory pathway, Clin Exp Immunol. Jan 2007 ; 147(1) : 155–163.


Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

Néo-nutrition est un service d’information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions). Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.com


Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 610563

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License