Environnement Lançonnais

L’IRSN confirme des traces d’iode 131 en France

mardi 29 mars 2011 par Alain KALT (retranscription)

Les premières traces de contamination ont été confirmées samedi par l’Institut de radioprotection qui en coopération avec Méteo France avaient annonçé à partir du 24 mars, l’arrivée sur le territoire français de masses d’air très légèrement contaminées en provenance de la centrale de Fukushima au Japon. Une première mesure positive vient d’être obtenue par le laboratoire spécialisé sur un prélèvement d’air effectué du 21 au 24 mars au sommet du Puy de Dôme (63). "Le résultat obtenu est cohérent avec les prévisions" affirme l’IRSN, tout en rassurant. "La concentration d’iode 131 ainsi mesurée correspond à un niveau de trace dans l’atmosphère, et ne représente aucun danger environnemental ou sanitaire."

Des traces d’iode 131 (0,012 mBq/m3 en moyenne sur la période de prélèvement de 4 jours) ont été mesurées dans l’air prélevé entre le 21 et 24 mars par la station de l’IRSN installée au sommet du Puy de Dôme. La concentration pour la seule journée du 24 mars pourrait être de l’ordre de 0,04 mBq/m3. Il faut un certain temps avant d’obtenir les résultats des mesures issues de prélèvements d’air et d’analyses d’échantillons de végétaux, "compte tenu des très faibles valeurs attendues".

Les autres radionucléides présents dans les rejets de l’accident de Fukushima, notamment le césium 137, n’ont pas été détectés dans le prélèvement d’air du Puy de Dôme car leur concentration dans l’air reste encore inférieure aux limites de détection des appareils de mesure utilisés, précise l’IRSN.

Le réseau Téléray est constitué de 170 sondes fixes (dont 7 en outremer) qui mesurent en permanence l’intensité du rayonnement gamma ambiant, exprimée en débit de dose (en nanosievert par heure – nSv/h). Ces mesures sont transmises en temps réel au centre de supervision de l’IRSN au Vésinet (78).

Ainsi, au cours des 24 et 25 mars, aucune élévation anormale de la radioactivité gamma ambiante n’a été détectée sur l’ensemble des sondes du réseau Téléray de l’IRSN (Métropole et DROM-COM).

Pour finir, sachez qu’un échantillon de salade prélevé le 22 mars (Aix en Provence) a présenté des traces de césium 137 (0,065 Bq/kg), "à un niveau souvent observé dans ce type de produit" rassure l’Institut. "Ces traces résultent en effet de la persistance dans les sols et dans les végétaux de césium 137 déposé à la suite des essais nucléaires en atmosphère et de l’accident de Tchernobyl", soit 25 ans après !

Mise à jour.

26/03/2011 - Selon la CRIIRAD (un laboratoire indépendant sur la radioactivité), le résultat publié par l’IRSN sous-évalue très probablement le niveau réel de la contamination.

D’après la commission de recherche indépendante, "la présentation des résultats d’analyse est incorrecte : il est indispensable de préciser que la mesure n’a porté que sur l’activité de iode 131 particulaire et qu’il s’agit donc d’une estimation par défaut." Ensuite, elle considére que les résultats publiés sous-évaluent très probablement l’activité réelle de l’air en iode 131. "Pour savoir si le chiffre réel est 2 fois, 3 fois, 4 fois, 5 fois, 10 fois plus élevé, il faut disposer de résultats d’analyse portant sur des filtres spécifiques qui piègent les formes gazeuses de l’iode." (le laboratoire de la CRIIRAD utilise pour sa part des cartouches à charbon actif). Enfin, l’iode est l’un des radionucléides les plus importants du point de vue de la radioprotection. "Pour ne pas sous-évaluer les risques, il est indispensable de tenir compte des spécificités de son comportement."

27/03/2011 - Cette première mesure a été confirmée par une seconde détection d’iode 131 en région parisienne (Orsay, 91), sur un prélèvement de particules atmosphériques effectué le 25 mars. Selon l’IRSN, ces concentrations d’iode correspondent à un niveau de trace dans l’atmosphère et ne représentent aucun danger environnemental ou sanitaire.

L’IRSN est en train d’analyser des prélèvements d’iode 131 sous forme gazeuse ; les résultats acquis jusqu’à présent sont en dessous des limites de détection des appareils de mesure.

[ Article modifié 28/03/2011 - 09h50 ]


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 645239

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Nucléaire   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License