Environnement Lançonnais

Vers un retour des farines animales en septembre prochain

dimanche 12 juin 2011 par Alain KALT (retranscription)

11-06-2011 Interdites fin 2000, suite à la crise de la vache folle, les farines animales pourraient faire leur retour dans l’alimentation animale avec le blanc-seing de la Commission européenne, favorable à un assouplissement des mesures en vigueur actuellement. En France, pays historiquement à la pointe de l’interdiction au niveau européen, cette nouvelle tentative européenne de voir ces farines réinvestir le bol alimentaire des animaux d’élevage n’a pas déclenché un ’non’ ferme et massif à l’inverse des fois précédentes. Le Conseil National de l’Alimentation (CNA) étudie ainsi actuellement une réintroduction dans l’hexagone des farines animales.

Conseil consultatif des ministères de l’agriculture, de la santé et de l’économie, le CNA doit rendre son avis définitif mi-septembre. Néanmoins, un document de travail disponible sur son site internet suggère d’ores et déjà une probable autorisation limitée, dans un premier temps, au secteur de l’aquaculture. Dans un second temps, et après une évaluation du ratio bénéfices/risques, les porcs et les volailles verraient également les farines animales revenir dans leur alimentation, à l’inverse des bovins pour lesquels une levée de l’interdiction n’est pas d’actualité apparemment. Si ce retour des farines animales se faisait, le cannibalisme serait toutefois interdit. Il ne serait donc pas possible de nourrir une espèce avec des protéines provenant d’elle ; par exemple, nourrir un cochon avec des protéines de cochon serait interdit. D’autre part, les farines ne devraient être destinées qu’aux animaux omnivores.

Outre une situation sanitaire maîtrisée, aboutissant à l’absence de risques pour la santé humaine, l’aspect économique n’est pas le moindre pour un retour des farines animales. Entrant pour 2 à 3% dans la ration alimentaire des espèces concernées, la disparition des farines animales a été remplacée par des protéines végétales, essentiellement du soja provenant d’Amérique du Nord. Autrement dit, les farines animales permettent aux filières de l’élevage et de la pêche de tirer un bénéfice de leurs déchets (abats, peaux, graisses …) au lieu d’un coût en les détruisant. Une valorisation loin d’être neutre lorsque l’on connaît les proportions non-valorisées par la filière alimentaire (48% du mouton, 46% du bœuf, 38% du porc et 32% des poulets n’étant pas valorisés ...). Il n’y a donc rien d’étonnant à lire, en octobre dernier, dans un rapport du Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER), sur l’élevage des volailles, que l’accès aux farines animales serait un facteur important de consolidation de la filière.

Par ailleurs, pour le CNA, la réintroduction des farines animales pourrait être une réponse aux ’besoins croissants en protéines pour l’alimentation animale’ avec même des ’avantages environnementaux probables’, notamment pour l’aquaculture, où les farines de poissons sont toujours autorisées, poussant à la surexploitation de certaines espèces de poissons dites ’poissons fourrage’.

Alex Belvoit


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 610877

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Agriculture.   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License