Environnement Lançonnais

Le retour des farines animales n’est pas pour tout de suite

vendredi 25 novembre 2011 par Alain KALT (retranscription)

23-11-2011

Dans le cadre de la révision de la réglementation sur les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) (1), la Commission européenne a proposé un assouplissement des règles d’interdiction des protéines animales transformées (PAT) (2) pour l’alimentation de certains animaux de rente. Déjà saisie sur la question en 2009, l’Anses (3) avait alors posé plusieurs conditions à un éventuel assouplissement, notamment en matière de risques de contaminations croisées entre espèces animales et d’outils de détection des espèces d’origine des PAT. Plus récemment, en juin dernier, la Commission européenne évoquait, à nouveau, un possible retour des farines animales dans l’alimentation animale.

A nouveau saisie afin d’évaluer les implications sanitaires d’une telle proposition, l’Anses a publié un avis et un rapport, le 16 novembre dernier, confirmant les conclusions rendues en 2009. Ainsi, bien qu’elle constate des progrès dans l’organisation des filières de production des PAT françaises, elle estime que « les conditions permettant une utilisation sécurisée des PAT ne sont pas, à ce jour, totalement réunies ». Selon l’agence sanitaire, si elle a progressé, la spécialisation par espèces reste incomplète. De même, les méthodes analytiques de contrôle de l’espèce d’origine des PAT ne sont, à l’heure actuelle, pas toutes disponibles.

Cécile Cassier

1- Depuis le début des années 80, on a constaté l’apparition de plusieurs encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) distinctement chez l’homme (la maladie de Creutzfeldt-Jakob et ses variantes) et les animaux (l’encéphalopathie spongiforme bovine ou ESB ou « maladie de la vache folle »). Toutes s’attaquent au système nerveux central de l’individu affecté.

2- Les protéines animales transformées (PAT) désignent des matières premières protéiques produites à partir de sous-produits provenant d’animaux destinés à la consommation humaine. Dits « sous-produits de catégorie 3 », ceux-ci englobent les coproduits d’abattage, provenant d’animaux propres à la consommation humaine, mais non utilisés tels que le sang, la peau, les phanères, les tendons, etc. (Source Anses).

3- Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 614376

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Politique et environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License