Environnement Lançonnais

L’eau du robinet augmente les risques de 500 %

jeudi 2 février 2012 par Alain KALT (retranscription)

Les produits chimiques les plus dangereux chez vous ne sont pas dans votre garage ni dans votre cave : ils sortent directement du robinet de votre cuisine. Que vous viviez en ville ou à la campagne, votre eau du robinet est presque certainement contaminée par des toxines, des hormones, des médicaments, et d’autres produits chimiques.

Un herbicide en particulier, l’atrazine, présent même en quantité infinitésimale, augmente de 500 % le risque de cycles menstruels irréguliers chez les femmes, et de 600 % le risque que s’écoulent six semaines entre deux cycles. Mais ce n’est que le début de l’histoire.

Change les mâles en femelles

L’atrazine a été interdite en Europe en 2003. Elle reste cependant l’un des herbicides les plus utilisés hors d’Europe et aux Etats-Unis. Malheureusement, une récente étude menée en France par l’Inserm, et publiée dans la revue scientifique Environmental Health Perspectives, montre que l’atrazine était encore, il y a peu, présente à des taux extrêmement inquiétants dans les eaux de surface et l’eau du robinet. (1)

Le problème est que l’atrazine est un perturbateur endocrinien, c’est-à-dire qu’elle dérègle votre production d’hormones. A une concentration très faible, de l’ordre de 0,1 partie par milliard, elle inverse le sexe des poissons et batraciens, changeant les mâles en femelles ! (2) Des centaines de tonnes d’atrazine ont été déversées en France, à l’époque où cet herbicide était autorisé. Sur la seule région de Bretagne, où l’étude de l’Inserm a été menée, on estime que 200 tonnes d’atrazine ont été utilisées en 2001.

Une femme enceinte qui boirait de l’eau contaminée à plus de 0,4 μg (microgramme, soit un millionième de gramme !) par litre met en danger son enfant : le fœtus peut avoir des retards de croissance qui l’handicaperont plus tard. Le risque d’avoir un enfant mâle souffrant d’anomalies génitales augmente de 40 % chez les femmes intoxiquées à l’atrazine, et celui que leur enfant ait une réduction du périmètre crânien à la naissance augmente de 70 %.

Contamination généralisée

La triste réalité est que les nappes phréatiques sont hautement contaminées en France. En 2006, soit 4 ans après l’interdiction de l’atrazine, on en retrouvait encore une concentration de 0,38 μg/L dans les eaux de surface, en Bretagne, et l’eau du robinet était contaminée à hauteur de 0,1 μg/L ! Soit bien plus qu’il n’en faut pour causer de graves problèmes.

En région parisienne même, la contamination de l’eau du robinet à l’atrazine a atteint en 2006 de tels niveaux que le Préfet des Yvelines a dû signer un arrêté accordant l’autorisation de distribuer de l’eau dépassant les limites autorisées (puits de captage de la plaine de Buchelay qui alimentent Mantes-la-Jolie, Magnanville, Buchelay, Rosny-sur-Seine, Bréval, Neauphlette). (3)

Des conséquences graves

Chez les femmes touchées par des cycles irréguliers, les conséquences ne se limitent pas à des angoisses (« Suis-je enceinte ? ») et à des problèmes de fertilité. Les cycles irréguliers sont un signe clair de déséquilibres hormonaux, qui peuvent causer des problèmes d’ostéoporose, de maladies du cœur et même de cancer.

L’équipe de l’Inserm a suivi un groupe de 579 femmes enceintes, âgées en moyenne de 30 ans.

Ces femmes ont donné naissance à 601 enfants, chez qui 88 anomalies congénitales majeures ont été constatées, ainsi que 26 anomalies génitales chez des enfants mâles, 180 retards de croissance intra-utérin et 105 réductions du périmètre crânien.

Il ne s’agit là bien sûr que des effets certains sur les êtres humains, qui sont les seuls à avoir été étudiés d’aussi près. Nul ne sait quelles sont, et quelles vont être, les conséquences à long terme sur les écosystèmes de l’utilisation massive d’atrazine, pendant des années en France.

Mais le plus inquiétant est que ce produit a aujourd’hui été remplacé par le métalochlore qui cause lui aussi une réduction du périmètre crânien des enfants. La question est donc de savoir combien de temps nous allons continuer à jouer les apprentis-sorciers avec de tels produits « magiques » pour l’agriculture industrielle, mais si incertains (c’est le moins qu’on puisse dire) pour l’avenir des populations et des écosystèmes ?

Vous protéger maintenant

Il existe des milliers d’autres polluants potentiellement présents dans l’eau de votre robinet, en dehors de l’atrazine, et la plupart ne sont même pas surveillés (ni connus) des autorités.

Mais ne vous ruez pas au supermarché pour acheter de l’eau en bouteille ni pour acheter une petite carafe en plastique équipée d’un filtre, qui laissera de toutes façons passer les microparticules.

La seule solution vraiment efficace est un équipement de filtration par osmose inverse de l’eau, un système qui débarrasse l’eau de tous les solvants qui y sont présents, sans pour autant supprimer les minéraux indispensables pour la santé (calcium, magnésium, potassium....). Car la réalité est que, contrairement à ce que pense votre plombier, plus votre eau est « calcaire », meilleure elle est pour vous ! Et vous n’avez aucun intérêt à utiliser un adoucisseur qui diminuerait la teneur de votre eau en minéraux.

Le prix des systèmes de filtration par osmose inverse de l’eau a aujourd’hui fortement baissé et ils sont très simples à installer. Ils suppriment même le chlore. Assurez-vous simplement de le poser à l’arrivée d’eau générale de votre domicile, afin que tous les robinets de la maison bénéficient d’eau filtrée.

Par souci de neutralité commerciale, permettez-moi de ne pas recommander de marques. N’hésitez pas cependant à échanger sur ce sujet avec les autres lecteurs de S&N dans les commentaires de cet article sur notre site :

http://www.santenatureinnovation.fr/

A votre santé,

Jean-Marc Dupuis

PS : au-delà de cette solution individuelle, faut-il lancer une nouvelle pétition sur les polluants qui empoisonnent nos rivières, nos nappes phréatiques, nos océans ? C’est bien sûr la question que je me suis posée, et que j’ai posée à Augustin de Livois, le président de l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle (IPSN), que nous « sponsorisons » depuis l’origine. J’encourage tous les lecteurs de S&N intéressés par une telle initiative, à écrire à Augustin sur contact@institut-protection-sante-naturelle.eu pour l’encourager (ou le décourager...) à mobiliser l’IPSN et son vaste réseau de signataires. N’oubliez pas non plus que, même si nous faisons de notre côté tout ce que nous pouvons pour soutenir financièrement l’IPSN, il s’agit d’une association non subventionnée par les pouvoirs publics, et tous les dons sont bienvenus pour les aider à défendre notre droit à tous, de nous soigner autrement. Plus d’information sur

http://institut-protection-sante-na...

Sources de cet article :

(1) Cécile Chevrier, Gwendolina Limon, Christine Monfort, Florence Rouget, Ronan Garlantézec, Claire Petit, Gaël Durand, Sylvaine Cordier, « Urinary Biomarkers of Prenatal Atrazine Exposure and Adverse Birth Outcomes in the PELAGIE Birth Cohort », Environmental Health Perspectives, publication en ligne du 2 mars 2011.

(2) « L’atrazine, un herbicide agricole, affecte la reproduction des poissons », dépêche AFP du 19 mai 2010.

(3) http://decil.lautre.net/spip.php?ar..., consulté le 11 janvier 2012.

**********************

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : www.santenatureinnovation.fr

**********************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 621860

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License