Environnement Lançonnais

La voiture électrique, c’est pas encore gagné !

jeudi 5 avril 2012 par Alain KALT (retranscription)

Article publié le 30/03/2012 à 18:49 par CaDerange

Si vous écoutez nos médias, qui font toujours aussi peu cas de la réalité objective, la voiture électrique et tout électrique en particulier, c’est parti, c’est super et nous nous précipitons déjà pour en acheter. Si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que tout en étant le "produit automobile" de l’avenir,- ce que je reconnais bien volontiers -, cela reste surtout un produit en devenir.

Pour plusieurs raisons. L’absence d’un réseau de prise de recharges électriques rapides dans nos logements d’abord. Mais que fait EDF me direz vous ? C’est simple, elle attend que vos copropriétés décident de payer pour équiper vos garages et parkings.

La lenteur de la recharge, 8 heures avec une prise normale, 5 heures au minimum avec une prise rapide et la nécessité d’avoir un autre véhicule, au carburant traditionnel, pour couvrir cette plage de temps pendant lequel vous "avez le droit" quand même d’en avoir besoin.

Le coût qui reste, malgré les subventions, très nettement supérieur à celui d’une voiture classique. Comptez 2.500 euros de plus à l’achat, subvention déduite, pour la Peugeot 608.

Le poids et l’encombrement supplémentaire du pack de batterie 260 kg de plus sur la Peugeot 608 qu’il vous faut transporter en plus pour toute la durée de vie de la voiture. Sacré gaspillage tout de même n’est ce pas ? Et pas ou plus beaucoup de coffre à bagages ! Si Peugeot lance son hybride en break, ce n’est pas par hasard. Et si vous allez voir la Volt que je considère comme le modèle hybride le plus abouti, vous verrez qu’il vous faudra restreindre sévèrement les bagages familiaux pour partir en vacances. Ceux qui sont tombés, par hasard, sur un taxi Prius pour aller à aéroport savent qu’ils vaut mieux voyager léger.

Enfin sur le pur plan écologique, ce n’est pas évident que ce soit une telle affaire. Tout dépend d’abord de la source d’énergie primaire avec laquelle la dite électricité est fabriquée. Quel surcout en énergie engendre le trimballage du pack batterie également sur toute la vie de la voiture ? Et enfin comment se débarrasse t-on des batteries en fin de vie ?

Comment donc ces nouveaux modèles sont ils accueillis par la clientèle qui est censée se précipiter dessus ? Eh bien, pas aussi bien que les constructeurs l’espéraient. Savez vous combien de voitures électriques ont été immatriculées l’année dernière en France ? 2.630 voitures exactement dont un certain nombre pour des clients obligés, flottes captives ou voitures d’administrations, soit 0,12% de part de marché.

La Général Motors qui avait prévue de vendre 10.000 Volt n’en a vendu que 7.700 et vient d’en arrêter temporairement la ligne de fabrication. Nissan, dont le modèle Leaf est également très abouti n’en a écoulé que 22.000 en 2011 dont 2000 en Europe. Toyota qui est le précurseur de la voiture électrique et celui qui, de manière pragmatique, a su choisir la voie hybride a réalisé 10% de ses ventes en Europe grace à la Prius et pense arriver à 14% en 2012 grace à l’extension du nombre de modèles proposés. Pour autant, par rapport aux 80 millions de voitures vendues dans le monde, c’est une goutte d’eau dans l’océan.

La bataille n’est pas perdue, néanmoins, et l’accueil du public devrait se préciser cette année avec le lancement de l’Opel Ampéra, celui du quadricycle Twizy et de la Renault Zoe, l’élargissement de la gamme Toyota et le lancement des Peugeot/Citroën hybrides 3008, 5008, DS5 et 608. Il sera intéressant également de constater l’acceptation par les acheteurs de Zoe du système d’un prix réduit du véhicule compensé par un cout de location mensuel des batteries. A 15.700 euros de prix d’achat subvention déduite et 78 euros par mois de location batterie, c’est sans doute plus jouable qu’avec un prix de véhicule plein pot de l’ordre de 25/30.000 euros. Reste qu’après les enthousiasmes télécommandés de Monsieur Ghosn et de ses troupes, la montée en charge de la production de la Zoé à 150.000 exemplaires par an à Flins n’est pas garantie pour tout de suite.

Il faut reconnaitre par contre que le public fait bon accueil à l’absence de bruit dans l’habitacle en fonctionnement électrique. Est ce suffisant pour passer sur les autres inconvénients ? L’avenir le dira. C’est donc toujours pour moi un produit en devenir auquel il manque le fameux bond technologique dans le domaine des batteries sur lequel les chercheurs travaillent depuis des années. Espérons que ce sera pour bientôt !

Voir en ligne : source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 613925

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License