Environnement Lançonnais

Officiel : la Pologne se lance dans l’exploitation du gaz de schiste

samedi 20 octobre 2012 par Alain KALT (retranscription)

Le ministre du Trésor polonais, Mikolaj Budzanowski, a annoncé samedi que son pays allait consacrer 5 milliards de zlotys (près de 1,2 milliard d’euros) aux gaz de schiste pendant les deux prochaines années.

Parmi ces investissements, "409 millions d’euros proviennent d’un accord signé en juillet dernier par 5 grands groupes polonais du secteur énergétique et minier pour l’exploitation de gisements de gaz de schiste", a commenté le ministre.

"Compte tenu de la fin en 2022 du contrat gazier russe, nous devons être préparés très concrètement trois ans plus tôt à accroître sensiblement l’exploitation de nos propres gisements de gaz. Ceci requiert des dépenses de la part de l’Etat, mais aussi des investisseurs privés", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, on apprend que d’ici 2020, les investissements dans le gaz de schiste en Pologne se chiffreront à 50 milliards de zlotys, soit 12,5 milliards d’euros. La Pologne consomme environ 14 milliards de mètres cubes de gaz par an, dont les 2/3 sont importés de la Russie.

Si les estimations récentes s’avèrent exactes, le pays posséderait des gisements exploitables évalués à 1.920 milliards de mètres cubes. Selon l’Institut national de géologie, ces gisements feraient de la Pologne le troisième pays européens le plus riche en gaz, derrière la Norvège et les Pays-Bas. Ces ressources de gaz de schiste pourraient accroître considérablement les réserves prouvées de l’Union Européenne, et réduire les importations de gaz en provenance de Russie.

L’exploitation commerciale de ces gisements pourrait commencer à partir de 2014.

Cette annonce intervient alors même que la controverse continue de faire rage sur la méthode d’extraction. En effet, la fracturation hydraulique est pointée du doigt pour ses impacts environnementaux qui semblent plus importants que prévus (pollution de l’eau, de l’air et des sols, et impacts sur la santé et le climat).

Cette méthode consiste à injecter dans le puits, à très haute pression et via un conduit adapté, un mélange d’eau, de sable et d’additifs. Couramment employée aux Etats-Unis, la fracturation hydraulique a été interdite dans d’autres pays européens comme la France et la Bulgarie, tandis que la Roumanie a annoncé un moratoire.

Voir en ligne : source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 618293

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Matières premières   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License