Environnement Lançonnais

Pilules : circulez, y a rien à voir !

lundi 25 novembre 2013 par Alain KALT (retranscription)

L’Agence européenne des médicaments a publié un communiqué le 12 octobre 2013 expliquant que « les bénéfices de tous les contraceptifs oraux combinés (COC) continuent d’être supérieurs aux risques ».

Ce communiqué a été très largement relayé par la presse.

L’Agence européenne des médicaments continue donc à recommander les pilules de 3e et 4e génération. Elle enfonce le clou après avoir déclaré, en mai dernier, être en faveur d’un maintien sur le marché européen de l’antiacnéique Diane 35, souvent prescrit aux adolescentes pour faire office de contraceptif.

Ces médicaments augmentent pourtant fortement le risque d’embolie pulmonaire, de cancer du sein et de l’utérus. (1)

Pourquoi vouloir faire courir des risques aux femmes ?

Pour les médicaments habituels, qui traitent un problème de santé, le rapport bénéfices/risques correspond aux chances de guérir par rapport au risque d’effets secondaires.

Par exemple, si un médicament a 50 % de chance de soulager l’arthrose et 10 % de risque de donner mal à la tête, on jugera que le rapport bénéfices/risques est positif.

C’est le rôle d’une agence comme l’Agence européenne du médicament d’éclairer le public sur ce point. Chacun peut ainsi choisir ses médicaments, sans dépendre de ce qu’affirme le fabricant.

Mais la pilule n’est pas un médicament comme les autres.

Son but est d’éviter de tomber enceinte. Il ne s’agit donc pas de guérir une maladie. C’est un choix personnel, qui dépend du projet de vie de chacun.

Pourtant, l’Agence européenne des médicaments vous dit : « Par rapport à l’avantage pour vous et votre partenaire de pouvoir vivre votre sexualité sans avoir d’enfant, cela vaut le coup d’augmenter votre risque de mourir d’une embolie ou d’un cancer. »

Mais de quoi je me mêle ???

Est-ce le rôle des bureaucrates européens de prendre ce type de décision à la place des femmes ?

Une prise de position politique et non scientifique

Cette prise de position de l’Agence européenne des médicaments a le mérite de mettre les choses au clair : cette agence joue un rôle politique, et non scientifique.

D’après les derniers chiffres publiés par l’Agence française du médicament, en août 2013, la baisse des ventes de pilules de 3e et 4e génération a été de 52,4 % par rapport à août 2012. Il y a donc péril en la demeure ! Il faut à tout prix persuader les femmes de reprendre leurs achats.

Pourtant les contre-indications liées aux pilules de la première à la quatrième génération sont connues et établies depuis parfois près de 20 ans !

- • Peut-être avez-vous suivi la plainte, largement relayée par les médias cet été, d’une jeune femme handicapée à 65% des suites d’un AVC liée à la pilule de 3e génération. Les autorités sanitaires britanniques ont prévenu du risque élevé de thrombose liée à cette pilule... en 1995 (1).

- • L’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (IARC) considère la pilule cancérigène (1).

- • L’Institut National de Lutte contre le Cancer aux Etats-Unis considère que la pilule augmente le risque de cancer du sein, du col de l’uterus et du foie (1).

- • L’année dernière, une étude sur 1,6 millions de femmes publiée par le New-England Journal of Medicine a montré l’augmentation du risque d’accident vasculaire-cérébral et d’infarctus du pyocarde (crise cardiaque) quel que soit le type de pilule utilisé (1).

Si l’Agence des médicaments se plaçait sur le terrain scientifique, elle vous dirait : attention, le risque de faire une embolie pulmonaire ou un cancer en prenant cette pilule est nul, faible, important ou de X%. A vous de voir si vous avez envie de courir le risque.

Elle informerait aussi le public des autres moyens de contraception, qui peuvent être tout aussi efficaces, plus pratiques, moins chers, et moins risqués pour la santé. Comme par exemple le stérilet, dont le coût est près de 100 fois moins cher pour une efficacité 10 fois supérieure et sans les risques et effets indésirables nombreux des pilules (1).

Une alternative à la désinformation médicale

Je tiens toutes ces informations du numéro du mois de juin d’Alternatif Bien-Être. Sous la direction de Julien Venesson, nous avons publié dans ce numéro un grand dossier sur les moyens de contraception, et indiqué ceux qui sont sans danger pour la santé (ils existent et, rassurez-vous, il ne s’agit ni de la méthode Ogino, ni de la méthode des températures).

En tant qu’abonné(e) à Alternatif Bien-Être, vous pouvez lire ou relire ce numéro en cliquant sur le lien suivant : (pdf téléchargeable)

Nos moyens sont limités, mais nous parvenons malgré tout à rassembler pour chaque numéro de notre journal des experts qui vous livrent toutes les informations les plus en pointe dans la recherche, dans un langage simple. Et chaque abonné, comme vous, à Alternatif Bien-Être nous permet, par sa contribution financière, d’augmenter encore la qualité et le nombre de nos articles.

Quant à expliquer pourquoi l’Agence des médicaments, qui a des millions à sa disposition, ne fait pas un dixième de ce travail... Et savoir qui la laisse ainsi répandre des informations trompeuses et incomplètes, qui mettent la vie de tant de femmes en danger ??

Vraiment, il y a quelque chose qui ne tourne plus rond dans ces « agences » qui nous gouvernent…

A votre santé quand même…

Jean-Marc Dupuis

Source :

(1) Tout est expliqué page 10 du numéro 82 d’Alternatif-Bien-Être, juin 2013. En tant qu’abonné(e) à Alternatif Bien-Être rendez-vous ici.

Publicités :

Contre la désinformation : L’action conjointe de l’Union Européenne et des lobbys de l’industrie pharmaceutique menace les médecines naturelles. Bientôt, non seulement les traitements alternatifs risquent d’être interdits, mais les sources d’information sur les médecines naturelles disparaîtront elles aussi. Pour en savoir plus, visitez la page ici.

Mauvaise réputation : les hormones ont mauvaise presse. Elles sont pourtant des substances naturellement produites par l’organisme et indispensables au bon fonctionnement de votre corps, contrairement aux sucres, pesticides ou huiles trans. Apprenez-en plus grâce à l’un des tous meilleurs endocrinologues mondiaux dans cette vidéo (lien cliquable).

******************************

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Santé Nature Innovation n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé Nature Innovation est un service d’information gratuit de NPSN Santé SARL, rue Faucigny 5, 1700 Fribourg. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.com

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 617477

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License