Environnement Lançonnais

Ces paysans français soignent leurs champs en musique

lundi 21 juillet 2014 par Alain KALT (retranscription)

Ils sont une centaine dans l’Hexagone, vignerons et maraîchers, à diffuser des mélodies particulières plutôt que des produits chimiques près de leurs cultures. Incroyable, ça fonctionne !

Deux millénaires que ce champignon parasite les vignes, et toujours aucun remède pour l’en retirer. L’esca, qui a la mauvaise manie de détruire les ceps de vignes depuis au moins l’époque romaine, a un temps été combattu avec l’arsénite de soude, jusqu’à ce que produit très toxique soit interdit en 2001. Depuis, les vignerons sont démunis. Mais, depuis 2009, une poignée d’entre eux tentent de résister à l’envahisseur... en diffusant de la musique. Pour comprendre d’où vient ce remède étrange, il faut remonter à la fin des années 1960, l’époque où une gloire éphémère de la chanson nommée Evariste lançait le tube « Connais-tu l’animal qui inventa le calcul intégral ? »

Avant d’être chanteur, Evariste - de son vrai nom Joël Sternheimer - est avant tout diplômé en physique de l’université américaine de Princeton. Les bénéfices engrangés avec la vente de ses disques vont l’aider à financer ses recherches et à découvrir des liens - très complexes pour qui ne connaît pas la physique quantique - entre les protéines, molécules de base pour tous les êtres vivants, et la musique. Pour comprendre, il faut savoir que les protéines sont composées de suites de composés chimiques appelés acides aminés. « On remarque que l’enchaînement des fréquences des acides aminés lors de la synthèse des protéines présente certaines régularités, et si on fait défiler ces séries de fréquences sur un appareil de musique pour les rendre audibles, ça raconte quelque chose, il y a une régularité mélodique et harmonique », nous explique par téléphone Joël Sternheimer, qui a donné aux mélodies des protéines le nom de « protéodies ». Des mélodies qu’il suffit de diffuser pour stimuler ou inhiber une protéine et donc les fonctions de certains organismes vivants. Le physicien a déposé en 1992 une demande de brevet européen pour sa méthode baptisée « génodique ». Ce brevet sera finalement validé en 2007 après quinze ans de controverses scientifiques et juridiques.

La musique plus forte que les pesticides

Mais revenons à nos pieds de vignes. Les travaux de Joël Sternheimer ont permis de décoder la bonne série de notes qui inhibe le fameux champignon esca, celui qu’aucun produit chimique ne parvient à éliminer. Depuis 2009, l’entreprise Genodics commercialise donc cette solution brevetée et diffuse à ce jour la mélodie chez près de 80 vignerons français. « Il suffit de sept minutes de diffusion, une à deux fois par jour pendant toute la saison de végétation pour freiner ce champignon », assure Michel Duhamel, président de Genodics, qui garantit : « On calcule entre 60% et 64% de baisse de mortalité des vignes dès la première année de traitement. [1] »

L’entreprise a élargi son répertoire et vend également ses solutions à des maraîchers, comme Christian Douillard, responsable de la culture du concombre dans la serre des Trois moulins, à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (Loire-Atlantique) : « Les protéodies nous servent à lutter contre le champignon didymella depuis trois ans. On jette beaucoup moins de concombres et nos clients sont contents parce qu’ils voient des produits plus beaux. C’est difficile à quantifier mais on voit les résultats très vite, par exemple il y a quelques mois on a eu une panne d’un diffuseur de musique pendant trois jours et le didymella était déjà retour. »

La musique pour soigner les humains ?

Malgré ces résultats probants, la méthode ressemble encore pour beaucoup à de l’ésotérisme. « Les grands organismes scientifiques en France n’ont pour l’instant fait aucun effort pour valider nos travaux, ça ne leur semble pas sérieux », déplore Michel Duhamel. « Je me suis toujours intéressé aux méthodes alternatives donc j’étais prêt psychologiquement à essayer la musique. Mais beaucoup d’agriculteurs ne sont pas prêts. Au début, ça a fait pas mal rigoler mais aujourd’hui plusieurs personnes adhérentes du même centre technique que nous ayant vu nos résultats vont essayer aussi », confirme Christian Douillard. La suite des travaux de Genodics et Joël Sternheimer devrait encore bien plus étonner. De premiers essais sont en cours sur les maladies qui frappent les huîtres ou pour traiter les coliques mortelles qui suivent le sevrage des porcelets. Et Joël Sternheimer assure pouvoir aller plus loin encore : « La musique a des effets sur l’être humain, j’en suis convaincu. Je l’ai observé la première fois en diffusant la protéodie de l’hémoglobine pour une amie qui souffrait d’anémie, qui m’a dit qu’elle ressentait un bienfait. Et effectivement, son taux d’hémoglobine a augmenté. »

Pour en savoir plus...

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 618293

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Agriculture.   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License