Environnement Lançonnais

VACCINATION MULTIPLE DES NOURRISSONS : “A QUI PROFITE LE CRIME ?"

mercredi 11 mars 2015 par Alain KALT (retranscription)

Tous les primo-vaccins destinés aux nourrissons contiennent désormais un cocktail pour prévenir 5 voire 6 maladies, alors que seulement 3 protections sont obligatoires. L’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi décrit une démarche “de vente forcée et de désinformation”.

Aujourd’hui, les parents qui souhaitent faire sur leur enfant uniquement les trois vaccins obligatoires en France, à savoir diphtérie, tétanos et poliomyélite, ne le peuvent plus. Le DTP “classique” pour les nourrissons est devenu introuvable en pharmacie, car plus commercialisé. Pour la primo-vaccination des nourrissons, les parents ne peuvent plus faire autrement que de recourir à un vaccin “hexavalent”, c’est-à-dire qui contient en plus trois vaccins non obligatoires, (coqueluche, haemophilus influenzae et l’hépatite B). Les gens se rappellent-ils les dégâts gravissimes qui ont été générés il y a quelques années par le vaccin Hépatite B ? Cette démarche de vente forcée et de désinformation est pour le moins scandaleuse et même criminelle.

De plus, tous les vaccins contiennent de l’aluminium en tant qu’adjuvant. En multipliant le nombre de maladies desquelles on souhaite protéger le nourrisson, on augmente la quantité d’aluminium dans la dose injectée. Or, à deux mois, la barrière hémato-encéphalique reste perméable et le système immunitaire demeure fragile. Des études ont montré qu’à cet âge-là l’aluminium peut passer au niveau du cerveau.

On peut parler d’une tromperie. Quand on sait que le professeur Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, est empêtré dans d’énormes conflits d’intérêts avec les fabricants de vaccins, on est en droit de se poser des questions. A qui profite le crime ? Aux laboratoires pharmaceutiques évidemment. L’ancien DTP valait 10 euros. Aujourd’hui, la nouvelle formulation est facturée 40 euros ; il doit bien y avoir aussi quelque part une entente entre les politiques et les laboratoires pharmaceutiques. Ces derniers représentent une force colossale qui téléguide la politique aujourd’hui.

Alors que faire ?

Chacun est légalement en droit de refuser ces cocktails pentavalents et exiger les seuls vaccins strictement obligatoires. Comme ils ne sont plus sur le marché, l’affaire ne peut juridiquement que s’enliser ou vous donner raison. Mais combien auront le cran d’exploiter le filon qui en outre permet de passer à la trappe de la vaccination ?

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 611062

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License