Environnement Lançonnais

Le cholestérol n’est pas un poison !

dimanche 25 septembre 2011 par Alain KALT (retranscription)

Faire baisser le taux de cholestérol des gens est une préoccupation majeure du monde médical depuis trente ans. Une visite de routine chez un médecin implique en général une vérification de votre taux de cholestérol. Bien trop souvent, le patient quitte alors le cabinet avec une ordonnance dans la poche pour un médicament chimique ou un autre faisant baisser son taux de cholestérol. Heureusement, les médecins sont nombreux aujourd’hui à remettre en cause ce réflexe, largement inculqué par les grandes entreprises pharmaceutiques. En effet, le cholestérol n’est pas un poison, qui nuit à votre organisme comme le font le plomb ou le mercure. Connaissez-vous votre cholestérol ? Pour vous en convaincre, je vous propose de faire connaissance avec votre cholestérol. Vous verrez qu’il gagne à être connu. Et il ne mérite pas le mal qu’on dit de lui. Le cholestérol est naturellement présent dans chacune des cellules de votre corps. C’est une substance molle, cireuse, graisseuse, produite dans le foie et qu’on retrouve dans le sang. Elle joue des rôles indispensables, comme entretenir la paroi des cellules, et aider à la production d’acides biliaires. Elle représente 2 % de votre masse corporelle. Votre cerveau contient 25 % du cholestérol de votre corps. C’est donc le cholestérol qui vous permet de former des souvenirs.Vouloir à tout prix réduire votre taux de cholestérol pourrait signifier pour vous, diminuer la taille de votre cerveau. Est-ce une nécessité urgente ? Mais le cholestérol a bien d’autres utilités. Sans lui, votre corps ne pourrait pas fabriquer la plupart des hormones indispensables à la vie comme les œstrogènes, la testostérone, et le cortisol. Le cholestérol est aussi un précurseur de la vitamine D, qui est absolument vitale à votre santé, et joue un rôle anti cancer décisif. C’est pourquoi un taux de cholestérol trop bas peut augmenter votre risque de décès. Vous n’êtes pas une machine à laver Si vous avez du cholestérol sur vos artères, ce n’est pas parce que vous aviez trop de cholestérol dans le sang, et qu’il s’est collé sur les parois. Autrement dit, ne comparez pas vos artères avec les tuyauteries d’un appareil électroménager qui se bouchent parce que l’eau contient trop de calcaire. Lorsque du cholestérol s’accumule sur vos artères, c’est peut-être parce que la paroi interne de vos artères est irritée, et que des petits trous s’y forment. Des plaquettes sanguines risqueraient alors de venir s’accrocher, formant des caillots. Dans ce cas, votre foie fabrique du cholestérol pour aller boucher ces petits trous, et réparer les dégâts causés par l’inflammation. C’est pourquoi votre taux de cholestérol sanguin augmente. C’est un mécanisme de défense, qui est bon pour vous. Ne pas confondre cause et conséquence Cependant, si vous avez un taux très élevé de cholestérol (plus de 330 mg/dL), c’est que vous avez sans doute un problème de santé. Mais ce problème de santé est la cause de votre cholestérol élevé. Pas le contraire. Votre corps réagit à un déséquilibre en fabricant du cholestérol, pour compenser, et probablement réparer des cellules endommagées, souvent le long de la paroi de vos artères qui sont en état d’inflammation. Toutes choses égales par ailleurs, moins vous avez de cholestérol, moins bien vous vous portez. Une étude du Département de Médecine Cardio-vasculaire de l’Université de Yale a conclu que les personnes âgées ayant peu de cholestérol meurent deux fois plus souvent de crise cardiaque que les personnes âgées ayant beaucoup de cholestérol. (1) Une étude publiée dans la prestigieuse revue médicale The Lancet a conclu qu’un taux élevé de cholestérol diminue le risque de décès, toutes causes confondues. (2) Et il s’agit d’une étude fiable, qui a porté sur près de 800 personnes pendant dix ans. Dans de très nombreuses études, un taux bas de cholestérol est associé à une espérance de vie plus courte, en particulier après 65 ans. Les dangers des médicaments contre le cholestérol Attention, ceci n’est pas un encouragement à cesser un traitement médical, quel qu’il soit. Ne modifiez jamais votre traitement sans en avoir parlé à votre médecin. Mon but est uniquement de vous informer des effets indésirables possibles des médicaments les plus répandus pour faire baisser le cholestérol, les statines. Les statines marchent en bloquant un enzyme dans le foie qui permet la production de cholestérol. Mais ce faisant, elles privent le corps de coenzyme Q10 (CoQ10) qui est absolument indispensable au fonctionnement du cœur, à la production d’énergie, et aux fonctions musculaires. Manquer de CoQ10 cause de la fatigue, des pertes de mémoire et des faiblesses dans les muscles. Cela peut même provoquer des arrêts cardiaques et le cancer. Les douleurs musculaires en particulier sont fréquentes chez les personnes qui prennent des statines, et elles sont à prendre très au sérieux. Il s’agit d’un problème que les médecins appellent la « rhabdomyolyse », et qui peut déboucher sur des atrophies de vos muscles, y compris votre myocarde, c’est-à-dire le muscle de votre cœur ! Le comble pour des médicaments censés protéger contre les problèmes cardiaques. Les statines peuvent aussi provoquer des pertes de mémoire, de l’impuissance, affaiblir le système immunitaire, déclencher des maladies du foie, et augmenter le risque de sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot). Ces médicaments sont donc à manier avec une extrême prudence. Quel taux de cholestérol viser ? Une intense controverse existe au niveau mondial sur la nécessité, ou non, de vouloir viser un taux de cholestérol particulier. Certains médecins recommandent même de ne pas s’y intéresser du tout. Nous avons d’ailleurs en France, au CNRS de Grenoble, un des plus farouches défenseurs du cholestérol, le Professeur Michel de Lorgeril, auteur de « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent, il vous soignera sans médicaments » (3). Si vous interrogez votre médecin, il y a des chances pour qu’il vous explique qu’il existe deux types de cholestérol :

- Le cholestérol HDL (high-density lipoprotein), qui est considéré comme le « bon » cholestérol », C’est le cholestérol qui, prétendument, nettoie les artères et enlève la plaque artérielle ;

- Le cholestérol LDL (Low-density lipoprotein), qui est considéré comme le « mauvais cholestérol ». Il est accusé d’être responsable de la formation de plaque athéromateuse, ce qui rétrécit les artères et les rend moins flexibles. Il s’agit d’une maladie appelée « athérosclérose ». Il suffit alors qu’un petit caillot arrive dans une de ces artères rétrécies, et c’est l’attaque cardiaque, ou cérébrale (AVC). En réalité, les choses sont bien plus compliquées que ça. Le LDL n’est pas si mauvais. Il est composé de particules de différentes tailles. Les seules qui pourraient être considérées comme dangereuses, sont les plus petites, parce qu’elles peuvent potentiellement traverser la paroi interne des artères, et provoquer une oxydation, et donc une inflammation. Réciproquement, certaines particules de HDL sont meilleures que les autres. En réalité, on ne sait plus très bien s’il faut vraiment parler de « bon » et de « mauvais » cholestérol !

Selon le Docteur Al Sears, l’important n’est pas votre niveau de cholestérol, mais la proportion entre votre taux de HDL et votre taux de triglycerides sanguins. Il recommande d’avoir un taux de HDL d’au moins la moitié de votre taux de triglycerides. Lui-même affirme avoir un taux de HDL de 105, deux fois plus élevé que ses triglycerides, à 50 ; ce qui lui a fait déclarer : « Je suis fier d’avoir beaucoup de cholestérol » ! (4)

Ce que votre médecin pourrait vous recommander pour soigner le cholestérol sans médicaments

La hausse du taux de cholestérol sanguin pouvant être liée à l’inflammation des artères, il est alors plus logique de prendre des mesures pour traiter l’inflammation chronique, plutôt que de faire baisser artificiellement le taux de cholestérol. De plus en plus de médecins vous recommanderont de contrôler naturellement votre taux de cholestérol en optant pour une alimentation saine et un mode de vie sain : manger des fruits, des légumes, des viandes blanches, évitez les graisses, en particulier les graisses animales saturées. Mais vous pouvez améliorer les résultats en suivant les recommandations suivantes : Eliminez les céréales raffinées et le sucre. Evitez en particulier les sucres purifiés comme le sirop de glucose et le fructose ; mangez plutôt des aliments complets et des protéines, d’origine animale et végétale (tofu, farine de soja, haricots, pois, lentilles...) ;

Augmentez vos apports d’oméga-3 d’origine animale, en consommant des poissons gras trois fois par semaine (petits poissons de préférence, sardines, anchois, harengs, etc.), et des compléments nutritionnels ; Consommez des huiles et graisses crues de haute qualité, que vous trouverez dans les avocats, toutes les sortes de noix, graines, œufs bio (si possible poules nourries avec des graines de lin), huile de noix de coco, huile d’olive, huile de colza ; Mangez beaucoup d’ail ; ajoutez-en dans tous vos assaisonnements. L’odeur de l’ail, provoquée par un composé à base de soufre, l’allicine, est forte au début mais votre corps s’habitue à le digérer et l’odeur disparaît après quelques jours ; Faites de l’exercice physique sous forme d’efforts brefs, intenses et répétés, vous éliminez vos triglycérides et faites baisser votre taux d’insuline. A votre santé ! Jean-Marc Dupuis

(1) Krumholz HM et. al. “Lack of association between cholesterol and coronary heart disease mortality and morbidity and all-cause mortality in persons older than 70 years.” JAMA 1990 ; 272, 1335-1340. (2) Weverling-Rijnsburger AW, Blauw GJ, Lagaay AM, Knook DL, Meinders AE, Westendorp RG. “Total cholesterol and risk of mortality in the oldest old.” Lancet. 1997 Oct 18 ;350(9085):1119-23. (3) De Lorgeril, M., « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent il vous soignera sans médicament », Thierry Souccar Editions, 2007. (4) Sears, Al, MD, « I am proud of my high cholesterol », http://www.alsearsmd.com/i’m-prou..., consulté le 21 septembre 2011 Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : http://www.santenatureinnovation.fr/

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 635404

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License