Environnement Lançonnais

Pesticides : une hausse mais rien de grave pour les politiques

vendredi 13 février 2015 par Alain KALT (retranscription)

Issu du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 2018 fixait une division par deux de l’usage des pesticides en France, en l’espace d’une dizaine d’années. Si on savait ce plan particulièrement ambitieux, on le savait aussi non-contraignant, essentiellement basé sur la formation, recherche et volontariat des agriculteurs. Six ans après sa mise en œuvre, le constat est à l’échec…

Les chiffres de la campagne agricole 2013 viennent d’être rendus publics et ils sont particulièrement mauvais avec + 9,2 % de hausse de traitements pesticides par rapport à l’année 2012. La météo explique en partie ce fort mauvais résultat, le printemps très humide ayant favorisé la prolifération de champignons, limaces et autres herbes indésirables pour les agriculteurs. A ce titre, la moyenne sur les 5 premières est nettement plus révélatrice, en nivelant l’influence météorologique, mais ici encore la tendance est nettement à la hausse avec + 5 % en moyenne entre 2009 et 2013… Autrement dit, l’usage des pesticides a augmenté alors que le plan Ecophyto 2018 visait à le diviser de moitié.

Malgré ce constat indéniable, pour le député de Meurthe-et-Moselle, Dominique Potier, responsable de la mission parlementaire mise en place au printemps 2014 afin de faire des propositions pour une nouvelle version du plan de réduction des pesticides, l’heure est à l’optimisme. En effet, selon lui, « La révolution culturelle est en marche » et doit s’appuyer sur un effort « considérable » de recherche et d’innovation. Quatre domaines d’actions sont prioritaires selon Dominique Potier, en commençant la diversité des cultures et leurs rotations au fil des campagnes agricoles, puis le choix de variétés plus résistantes, le développement du biocontrôle (insectes, plantes, algues) sur au moins 15 % des surfaces traitées et, pour finir, le soutien à la modernisation l’équipement (source d’un potentiel de réduction pouvant atteindre 30 %).

A l’inverse, l’association Générations futures, en pointe sur le dossier des pesticides, considère que l’échec d’Ecophyto 2018démontre que la profession agricole, dans sa globalité, ne joue pas le jeu. Aussi, pour François Veillerette, porte-parole de l’association, « Il faut fixer des objectifs de réduction progressifs, obligatoires dans le temps » et récompenser les professionnels qui « … prendront quelques risques et atteindront ces objectifs ». Simultanément, les agriculteurs qui ne jouent pas le jeu devraient être soumis « … à des redevances importantes si l’on veut que les comportements changent ».

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 624772

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Politique et environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License