Environnement Lançonnais

Quelques brèves concernant les OGM

samedi 19 novembre 2011 par Alain KALT (retranscription)

Territoires d’Outre-mer : des OGM en liberté !

En France métropolitaine, il existe un cadre juridique relativement clair sur les plantes génétiquement modifiées (PGM), tant au niveau de leur culture que de leur présence dans l’alimentation et l’information des consommateurs. Qu’en est-il de nos territoires d’Outre-mer ? Sont-ils aussi bien armés juridiquement que la métropole ou servent-ils de cheval de Troie à l’introduction des PGM ? Revenons sur cet encadrement juridique flou et disparate. Les territoires d’Outre-mer voient leur propre législation s’appliquer au détriment de l’encadrement européen et français. Quel que soit le régime juridique de ces territoires, il est important que toute exportation à destination de la France ou des pays européens doit respecter la règlementation européenne en matière d’OGM.

MIEL SANS OGM : l’ANSES préconise de se baser sur un périmètre de butinage plus large

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) s’est penchée sur le projet de décret définissant la mention "sans OGM" (prévu pour une entrée en vigueur en 2012) et a rendu un avis daté du 26 août. Comme l’avait déjà souligné le Comité scientifique du Haut Conseil en biotechnologies (HCB), l’ Agence relève que, pour les produits de l’agriculture, le rayon de trois kilomètres ne repose pas sur des données scientifiques. L’Agence estime que pour garantir une information loyale aux consommateurs, cette distance devrait être en adéquation avec les distances moyennes et maximales de butinage des abeilles qui sont très variables (allant environ de 2 à 10 kilomètres).

MORATOIRE SUR LE MAÏS OGM : PARIS DOIT REVOIR SA COPIE

La Cour de justice européenne a déclaré, en date du 8 septembre, illégal, surtout pour des raisons de forme, le moratoire français sur le maïs OGM. Le gouvernement veut prendre une nouvelle clause de sauvegarde. Le Conseil d’Etat doit décider. La réponse du gouvernement ne s’est pas faite attendre. La ministre de l’Ecologie a annoncé son intention de prendre une nouvelle clause de sauvegarde si le Conseil d’Etat décidait de suivre les recommandations de la Cour européenne de justice. Dans l’immédiat, la clause de sauvegarde reste valide tant que le Conseil d’Etat n’a pas pris de décision, ce qui peut prendre plusieurs mois. Sachant que le maïs se plante au printemps, il est peu probable que des champs d’OGM puissent être plantés et le maïs commençant à pousser lors de la campagne présidentielle, l’on risque de voir les faucheurs volontaires s’interposer.

EN ALLEMAGNE, ROUMANIE ET SUEDE, DISPARITION QUASI TOTALE DES OGM CULTIVES

Dans l’Union européenne, seulement huit pays (sur 27) cultivent commercialement des OGM. Les surfaces diminuent régulièrement depuis 2009, sauf en Espagne et au Portugal où on assiste cette année à une augmentation entre 2010 et 2011. Ce sont les pays qui à eux deux, cultivent plus de 90 % des cultures transgéniques dans l’Union européenne. Dans les autres pays, la tendance est à la baisse.

OGM : LE PAPE FAUCHEUR INVOLONTAIRE ?

Quand le goupillon de toutes les hontes et la faucille militante s’accordent sur le fait de la désobéissance civile, il faut le signaler ! Ne voulant, pour le moment, rien entendre quant aux plantes génétiquement modifiées, le Vatican pose problème aux lobbyistes du business .Les choses s’assombrissent pour les groupes semenciers dès octobre 2009, quand devant le synode des évêques africains, Benoît XVI critiqua explicitement les organismes génétiquement modifiés (OGM) et accusa les entreprises multinationales d’être responsables de l’appauvrissement des pays en développement. Cette technique risque de ruiner les petits exploitants, de supprimer leurs semences traditionnelles et les rend dépendants des sociétés productrices des OGM.

L’agro-écologie peut doubler la production alimentaire mondiale en 10 ans !

Passer d’une agriculture chimiquement intensive à l’agro-écologie pour aider à la planète et sauver le climat, c’est non seulement possible mais nécessaire, affirme le rapport spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation dans un rapport présenté au Haut-commissaire aux droits de l’homme, à Genève. On est ainsi loin des OGM (organismes génétiquement modifiés) qui devaient sauver la famine dans le monde.

Maïs OGM : des super-insectes résistants aux pesticides

Ce que l’on craignait est malheureusement en train de se produire....Des biologistes de l’Université de l’Iowa (Etats-Unis d’Amérique) l’ont confirmé : certains insectes nuisibles sont devenus résistants aux plantes OGM pesticides (organismes génétiquement modifiés) et en particulier au maïs OGM (dit maïs Bt). Ces études confirment donc les craintes de nombreux experts soulevées lors de la commercialisation des OGM

OGM - COEXISTENCE : DISTANCE DE SECURITE

Deux chercheurs, l’un de l’Université de l’Etat de Washington et le second de l’Université de l’Etat du Kansas ont travaillé sur les distances d’isolation pour les cultures de luzerne transgénique, plante qui a besoin des insectes pour la pollinisation. Ils ont ainsi planté de la luzerne porteuse d’un marqueur moléculaire rare mais naturel, ce qui leur a permis de suivre le pollen. Pour eux, la distance minimale doit être,au minimum, de 1500 mètres. Cependant ils ont remarqué que certains pollinisateurs parcouraient des distances plus grandes ; mais ces mouvements n’ont pas été détectés de façon précise, faute de pièges placés sur de telles distances.

SE NOURRIR : LES OGM SONT-ILS DANGEREUX ?

Les résultats de la contre-expertise réalisée par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini, de l’Université de Caen, contredit des données confidentielles de Monsanto concernant trois maïs commercialisés. Cette contre-expertise qui montre bien l’existence de signes de toxicité hépato-rénaux chez des rats nourris par ces OGM (organismes génétiquement modifiés), mais jugés non graves par Monsanto, s’est attirée les foudres de l’Association française des biotechnologies végétales (AFVB), de l’EFSA (Agence sanitaire européenne), qui d’après ces mêmes données confidentielles, avait donné son feu vert pour leur commercialisation, et "bien sur" de Monsanto.

PREMIER HARICOT BIOTECHNOLOGIQUE APPROUVE AU BRESIL.

Un avantage pour les producteurs et les consommateurs selon l’ANbioLa Brazilian National Technical Commission on biodiversity (CTNbio) a approuvé le 16 septembre dernier le premier OGM (organisme génétiquement modifié) entièrement conçu au Brésil, des haricots biotechnologiques résistant à la maladie dite "la mosaïque du haricot."Notons que le Brésil est un des gros producteurs d’OGM.

GROS MENSONGE TRANSGENIQUE

Dans "Le Canard enchaîné" de ce mercredi, on peut lire sous "Conflit de canard" un article dont j’extrais :" QUATRE VINGT-QUATRE : C’est le nombre de plantes OGM (organismes génétiquement modifiés) qui attendent le feu vert de Bruxelles pour être commercialisées, dont 21 avec en prime une autorisation pour être cultivées en plein champ. Le dernier dossier déposé, c’était il y a quinze jours, celui du géant allemand de la chimie BASF pour sa patate transgénique. Chaque fois pour emporter le morceau les arguments sont les mêmes : les OGM permettent de produire plus, et de manière plus écolo parce qu’ils consomment moins de pesticides. Dès leur création, Monsanto et consorts nous avaient promis-juré qu’ils allaient faire disparaître la faim dans le monde. Un meilleur rendement ? Prenez le coton Bt de Monsanto. En Inde où il est cultivé à grande échelle, il plafonne à 1000 Kg l’hectare, trois fois moins que ce qui avait été promis. Même constat pour le colza...Deuxième entourloupe : la réduction des pesticides. En Argentine, les planteurs de soja transgénique utilisent deux fois plus d’herbicides que les agriculteurs restés au soja non transgénique. Mieux, les cultures d’OGM sont maintenant envahies par des insectes super-résistants. En Chine, les populations de punaises ravageuses sont 12 fois plus importantes. Aux Etats-Unis d’Amérique, on compte désormais 10 espèces d’insectes résistants dans les champs de soja, coton et maïs. C’est ce qu’on appelle un constat transgénant..."

PROTEINE ANTIVIRALE PAR LE TABAC OGM

Les premiers essais chimiques d’une protéine antivirale produite par du tabac OGM (organismes génétiquement modifiés) débutent en Europe. Il s’agit d’un anticorps monoclonal humain qui empêche la pénétration du virus du sida dans les cellules. Cette protéine est produite dans des lignées de tabac, dont la culture est autorisée en milieu confiné en Allemagne. Elle va être testée comme tout médicament à travers plusieurs cycles d’essais cliniques en Angleterre. Quelques médicaments comme l’insuline sont déjà produits en routine par des bactéries OGM. Notons qu’heureusement que cela se passe en milieu confiné !

L’ADOPTION DES OGM CONTINUE AU BRESIL : PLUS 13% POUR LE SOJA, PLUS 63% POUR LE COTON

Au Brésil, les cultures de soja biotechnologique vont augmenter de 21 millions d’hectares lors de la prochaine saison (été2011-2012) dans l’hémisphère sud et représenteront 83% des surfaces (plus 13% en un an). Une hausse importante de 63% des surfaces de coton OGM est également attendue pour la prochaine saison. Le coton OGM représentera 39% des surfaces de coton.

POITOU- CHARENTES : POURSUITE DES EXPERIENCES

La croissance verte est un des axes de la politique de la Région Poitou-Charentes :

- soutien à l’agriculture biologique

- interdiction de la culture d’OGM (organismes génétiquement modifiés

- plan ambitieux d’équipement photovoltaïque.

SAINT GERAND

Près de Pontivy, l’usine Gion Sanders bloquée par des militants anti-OGM

L’usine Gion-Sanders de fabrication d’aliments pour animaux à Saint Gérand, près de Pontivy (Morbihan) est bloquée depuis 6 heures, ce jeudi matin 17 novembre, par une centaine de faucheurs volontaires d’ OGM (organismes génétiquement modifiés). Traçabilité et étiquetage, les militants protestent contre l’importation de plusieurs millions de tonnes de céréales OGM en provenance d’Amérique du Sud, qui transitent par les ports français de Lorient, Brest, Saint Nazaire, Sète. Ils réclament "une traçabilité et un étiquetage sérieux" sur les produits d’animaux ou issus d’animaux tels que viande, poisson, lait, fromage, beurre ou œuf". La présence ou l’absence d’OGM doit être mentionnée sur les aliments concernés.


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 626993

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site OGM   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License