Environnement Lançonnais

Le Figaro lit Jean-Marc Dupuis, créateur du site www.santenatureinnovation.fr

vendredi 1er juin 2012 par Alain KALT (retranscription)

Le quotidien Le Figaro diffuse aujourd’hui des informations de mes newsletters récentes sur vitamine D et cancer.

80,1 % des Français en déficit

« Vitamine D : un Français sur deux carencé », titre-t-il enfin, en page 21 : « Une part importante de la population française adulte (80,1 %) présente une insuffisance en vitamine D. »

Mieux vaut tard que jamais : 80,1 % de la population en déficit, il est peut-être temps en effet d’en parler dans les journaux. Il y est répété aussi ce que je me tue à dire sur le risque de maladies graves, quand on manque de vitamine D :

« Si le déficit modéré ne s’accompagne généralement pas de signes cliniques d’ostéomalacie [NDLR : rachitisme de l’adulte], il pourrait cependant constituer un facteur de risque d’anomalies osseuse, d’ostéoporose et de certaines maladies chroniques comme les cancers (principalement ceux du sein, du côlon et de la prostate), les maladies cardiovasculaires et dysimmunitaires.

Plusieurs études récentes ont en effet montré le rôle protecteur de la vitamine D contre ces pathologies, y compris la maladie d’Alzheimer. »

Par conséquent, les chercheurs voudraient que les autorités sanitaires publient de nouvelles recommandations sur le soleil, incitant la population à s’exposer plus souvent. Car la vitamine D, on le sait, est synthétisée dans la peau sous l’effet des rayons ultraviolets naturels.

Vitamine D et femmes voilées

Le Figaro reprend également mes informations sur le risque accru qu’ont les femmes voilées d’être carencées en vitamine D, surtout si elles restent souvent à l’intérieur :

« Selon les auteurs, "l’existence d’habitudes culturelles, en termes vestimentaire ou de sortie en plein air, peut-être un facteur aggravant" » des carences en vitamine D chez « les individus originaires d’Afrique ou du Moyen-Orient. » C’est, en langage codé, ce qui était en toutes lettres la semaine dernière dans Santé & Nutrition : à savoir que porter un voile bloque les rayons du soleil, empêche la synthèse de la vitamine D, et risque donc fort de provoquer un déficit – avec son cortège de maladies.

Une lectrice de S&N m’a néanmoins écrit que c’était un « cliché » :

« Mon voile ne m’a jamais empêché ni de me baigner dans la mer, ni de me faire bronzer dans mon jardin en short ou maillot de bain »

Je retiens l’objection mais, pour tous les « malheureux » d’entre nous qui habitent en appartement, au nord de la Loire, les bains de soleil dans le jardin et les baignades en mer ne font pas exactement partie du quotidien. En tout cas, en ce qui me concerne, à Bruxelles, les activités d’extérieur se font en général plutôt en bottes en caoutchouc.

Mauvaises nouvelles sur le front du cancer...

Les mauvaises nouvelles s’accumulent sur le front du cancer. Non seulement le nombre de personnes touchées augmente, mais il devient de plus en plus douteux que les thérapies conventionnelles progressent réellement, comme on veut nous le faire croire.

Deux études très inquiétantes viennent de paraître :

- La première, publiée dans la revue Nature, indique qu’une grande majorité des études sur le cancer sont inexactes et potentiellement frauduleuses. Ce qui inquiète particulièrement les chercheurs, c’est qu’ils n’arrivent que rarement à répliquer les résultats des grandes études « de référence ». Parmi 53 études importantes sur le cancer, pourtant publiées dans des revues scientifiques de haut-niveau, 47 n’ont jamais pu être reproduites avec des résultats semblables.

Ce n’est pas une nouveauté d’ailleurs, puisque, en 2009, des chercheurs du University of Michigan’s Comprehensive Cancer Center avaient également publié des conclusions comme quoi beaucoup d’études célèbres sur le cancer sont en fait biaisées en faveur de l’industrie pharmaceutique (étude publiée sur la revue CANCER en ligne).

- Des médicaments contre le cancer qui provoquent des métastases Encore plus inquiétant sans doute, des chercheurs de la Harvard Medical School à Boston (USA), ont constaté que deux médicaments utilisés en chimiothérapie provoquent le développement de nouvelles tumeurs, et non pas le contraire ! Il s’agit de ces nouveaux médicaments, qui bloquent les vaisseaux sanguins qui « nourrissent » la tumeur. Les spécialistes les appellent traitements « anti-angiogénèse ».

Ces médicaments, le Glivec et le Sutent (principes actifs, imatinib et sunitinib), ont un effet démontré pour réduire la taille de la tumeur. Mais ce faisant, ils détruisent de petites cellules peu étudiées jusqu’à présent, les péricytes, qui maintiennent sous contrôle la croissance de la tumeur.

Libérée des péricytes, la tumeur a beaucoup plus de facilité à s’étendre et à « métastaser » dans d’autres organes. Les chercheurs de Harvard considèrent donc maintenant que, bien que la tumeur principale diminue de volume grâce à ces médicaments, le cancer devient aussi beaucoup plus dangereux pour les patients !

Le Professeur Raghu Kalluri, qui a publié ces résultats dans la revue Cancer Cell, a déclaré :

« Si vous ne prenez en compte que la croissance de la tumeur, les résultats étaient bon. Mais si vous prenez du recul et regardez l’ensemble, inhiber les vaisseaux sanguins de la tumeur ne permet pas de contenir la progression du cancer. En fait, le cancer s’étend. »

Cette déclaration résume à elle seule tout le problème de la médecine moderne, qui découpe le patient en rondelles.

Chaque spécialiste, observant un bout du patient au microscope, peut avoir l’impression que tout va bien. Pendant ce temps là, le patient, lui, dépérit – mais personne ne s’en aperçoit (ou ne s’en soucie).

Alors, surveillez votre taux de vitamine D, et prenez le soleil dès que les beaux jours reviendront.

A votre santé,

Jean-Marc Dupuis

Si vous souhaitez commenter cet article, vous pouvez vous rendre sur : www.santenatureinnovation.fr

Les informations de cette lettre d’information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment accrédités auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d’information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs Santé et Nutrition n’est pas responsable de l’exactitude, de la fiabilité, de l’efficacité, ni de l’utilisation correcte des informations que vous recevez par le biais de nos produits, ou pour des problèmes de santé qui peuvent résulter de programmes de formation, de produits ou événements dont vous pouvez avoir connaissance à travers ce site. L’éditeur n’est pas responsable des erreurs ou omissions. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie. Santé et Nutrition est un service d’information gratuit des Nouvelles Publications de la Santé Naturelle, SARL au capital de 2000 euros, 6 rue Watteau, 92400 Courbevoie. Pour toute question, merci d’adresser un message à contact@santenatureinnovation.fr

Voir en ligne : source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 631913

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Santé nature innovations   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License