Environnement Lançonnais

Pic du poisson, lié au pic du pétrole

mercredi 22 mai 2013 par Alain KALT (retranscription)

Par analogie au peak oil, le peak fish ou pic de production des pêcheries, est dépassé. En 1995, la capture de poissons a atteint son tonnage maximum avec 95 millions de tonnes. Depuis, la pêche mondiale plafonne autour de 90 millions de tonnes*. Les ressources halieutiques sont renouvelables, mais la surpêche a détérioré les chaînes trophiques grâce au pétrole à bas prix. Pour Reg Watson, l’humanité est au maximum de l’exploitation des ressources mondiales de pêche : « Nous pourrions avoir atteint un pic pour les poissons au même moment où nous pourrions connaître la même situation avec les réserves de pétrole ... Il semble que nous consacrons de plus en plus d’énergie et de ressources pour saisir le même tonnage de poissons voire moins. »** Il est vrai que pétrole et pêche ont partie liée. On consomme en moyenne 1 litre de gazole pour pêcher un kilo de poisson. En 2006, il a fallu utiliser 1,7 milliard de watts d’énergie (environ 22,6 millions de chevaux) pour l’ensemble de l’industrie de la pêche mondiale.

Cette évolution néfaste est renforcée par la bêtise des Etats : les énormes aides publiques consenties dans l’Union européenne (4,3 milliards d’euros entre 2007 et 2013, notamment des exemptions de taxes sur le carburant) favorisent la surexploitation des ressources halieutiques : « Les subventions ont alimenté la surpêche en réduisant artificiellement les coûts d’exploitation, tout en augmentant la capacité des captures des flottes » ***. Les bateaux européens travaillent au large des côtes ouest-africaines, moyennant une redevance payée à 90 % par l’Union européenne ! Des opérateurs impliqués dans des activités de pêche illégale continuent de toucher des aides publiques malgré leurs condamnations !! On subventionne le désastre environnemental à la fois avec les aides à la pêche et les subventions aux énergies fossiles.

Le poisson compte aujourd’hui pour 12 % des calories consommées per capita dans le monde comparé à environ 20 % pour la viande. Le désastre alimentaire se profile avec la baisse des prises liées à l’inéluctable descente énergétique : le peak oil du pétrole conventionnel a eu lieu en 2006. La solution ? Des chalutiers plus petits, sortant moins souvent, laissant aux stocks de poissons le temps de se régénérer. Vivement le retour à la marine à voile… et au régime tendance végétarienne !

* Plus un poisson d’ici 30 ans ? (surpêche et désertification des océans) de Stephan Beaucher

** Source AFP : intervention de Reg Watson en février 2011 lors de la conférence annuelle l’Association américaine pour la promotion de la science (AAAS), chapitre « Des terres et des océans » (Land and Oceans)

*** LE MONDE, 13-14 mai 2012 Les aides publiques européennes encouragent la surpêche

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 611134

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Autres   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License