Environnement Lançonnais

La nouvelle révolution industrielle commencera-t-elle dans le Nord-Pas-de-Calais ?

jeudi 21 novembre 2013 par Alain KALT (retranscription)

Le 25 octobre 2013 par Marine Jobert

Jeremy Rifkin.

L’essayiste américain Jeremy Rifkin réussira-t-il à faire de la région Nord-Pas-de-Calais le laboratoire de sa « troisième révolution industrielle » ?

C’est ici qu’est née l’industrialisation de la France, sur fond de charbon et de terrils. La région Nord-pas-de-Calais, sinistrée économiquement depuis des décennies, peut-elle devenir l’avant-garde de la transition énergétique ? Tel est le pari du célèbre essayiste américain Jeremy Rifkin, qui entend entraîner la région dans ce qu’il nomme dans l’un de ses ouvrages la « troisième révolution industrielle ».

L’ancien activiste américain – il a combattu contre la guerre du Vietnam et les grandes compagnies pétrolières - murmure désormais à l’oreille des chefs d’entreprises et des institutions européennes et vend par dizaines de milliers des ouvrages consacrés aussi bien à la viande qu’au travail ou aux problèmes de l’énergie. Devant un parterre enthousiaste de chefs d’entreprise et d’élus de tous bords venus nombreux l’écouter ce 25 octobre à Lille, il a décliné les grands chapitres de son « Masterplan », ou feuille de route. Très ambitieux, ce programme commandé à la fois par la région Nord-Pas-de-Calais et la chambre régionale de commerce et d’industrie (CCI) vise, d’ici 2050, à réduire de 60% la consommation énergétique, à diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre et à acquérir un avantage compétitif incomparable en matière d’efficacité énergétique.

Cinq piliers à édifier de front

Cette « révolution » repose sur 5 piliers.

- 1 : le développement massif des énergies renouvelables.

- 2 : la transformation du parc immobilier en mini centrales électriques pour produire les énergies renouvelables sur site.

- 3 : le déploiement des technologies de stockage d’hydrogène ou autres dans chaque bâtiment et dans toute l’infrastructure afin d’emmagasiner les énergies intermittentes.

- 4 : la transformation du réseau électrique en une sorte d’Internet de l’énergie. -

- 5 : l’évolution du transport vers des véhicules électriques rechargeables et à piles à combustible capables d’acheter ou de vendre de l’électricité en se connectant à un réseau électrique.

Le tout pensé à l’échelle du continent et lancé en même temps, de manière cohérente. « Sinon, les fondations ne tiendront pas. Chaque pilier ne peut fonctionner qu’en relation avec les autres », prévient Jérémy Rifkin.

Les entreprises à la manoeuvre

Un discours très bien accueilli à Lille. « Les projets présentés ne sont pas des propositions totalement nouvelles, puisqu’un certain nombre de projets étaient déjà dans les tuyaux, comme le programme « 100.000 logements ». Mais l’attelage est renversé : ce sont la chambre de commerce et d’industrie et les chefs d’entreprise qui tirent les élus de droite comme de gauche, avec derrière les écolos, qui ont lancé l’idée de ce Masterplan. Et non pas l’inverse, comme lors du Grenelle de l’environnement, par exemple », raconte Antoine Bonduelle au JDLE, qui dirige un bureau d’études énergie, basé à Cassel (Nord) et qui a participé aux commissions « stockage de l’énergie » et « efficacité énergétique » mises en place pour élaborer conjointement le Masterplan. « Le discours de Rifkin est audible pour tout le monde, ce qui est nécessaire, car les gens ne sont pas prêts à une décroissance assumée. Les mesures décrites aujourd’hui ne seront pas suffisantes pour réorienter la croissance, mais déjà si on arrêtait de consommer autant d’énergies fossiles, ce serait déjà pas mal. »

Un plan au-delà des clivages politiques

Sur le papier en tout cas, le « Masterplan » de Rifkin semble marquer un tournant. Car c’est à la demande conjointe de Philippe Vasseur et de Daniel Percheron que ce travail a pu être lancé. Le premier a été député et ministre de l’agriculture dans le gouvernement Juppé de 1995 et il préside aujourd’hui la CCI de la région. Le second, haut responsable du parti socialiste, est le président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Les deux hommes entendent faire d’une des plus vieilles régions industrielles d’Europe l’étendard d’un vaste bouleversement énergétique. Rendez-vous en 2050, pour le bilan de l’aventure.

Voir en ligne : Source de l’article...

Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 618293

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Politique et environnement   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License