Environnement Lançonnais

Tout savoir sur la téléphonie mobile et ses effets sur notre santé.

samedi 18 décembre 2010 par Alain KALT (retranscription)

Pour ceux qui souhaitent des détails très techniques, rendez-vous sur :

http://www.electrosmog.info/IMG/pdf... (Téléchargement : 1,17Mo)

Sinon, ce qui suit permet de se faire une idée correcte des précautions raisonnables à prendre dans l’usage quotidien de son téléphone mobile.

Généralités.

La problématique des téléphones mobiles est indissociable de celle des antennes-relais. En effet, tous deux échangent les mêmes types d’ondes et sont dépendants. Il y toutefois des différences dans la maitrise et le type d’exposition : L’exposition aux antennes-relais est entièrement subie, et peut être critique si le domicile est à proximité. Pour l’exposition aux mobiles il faut distinguer l’utilisateur (forte exposition de proximité mais entièrement maitrisable) et la téléphonie passive (subie et concernant surtout les lieux publics et les transports publics). Un mobile émet brièvement (quelques secondes) et fortement (surtout en GSM) aux connexions/déconnexions du réseau, envoi/réception de SMS, lors de changements de cellules (déplacement) et toutes les 3H environ en veille. Il émet de manière soutenue lors des conversations et lors des accès au réseau et internet (Smartphones). Un mobile peut également émettre des ondes type WiFi ou Bluetooth. Nous recommandons de les désactiver. Téléphone mobile signifie qu’on peut l’utiliser (presque) partout mais ne veut pas dire l’utiliser en mouvement. Si la technologie le permet hélas c’est au prix d’une augmentation importante du niveau de champ, sans compter que le GSM émet à fond à chaque changement de cellule (même en veille, hors communication). A éviter absolument ! De même l’utilisation dans une cage métallique (voiture, train) entraîne une forte augmentation du niveau de champ. On voit donc tout de suite quelles sont les pires conditions pour la téléphonie passive : les transports en commun. On réunit toutes les conditions défavorables : promiscuité, nombre de mobiles allumés dans le voisinage, impossibilité de se soustraire aux rayonnements, exposition prolongée (de 1 à 4H par jour environ), niveaux élevés dus aux cages métalliques, à la vitesse et aux changements de cellules, même hors communications. Il est donc urgent de mettre en place progressivement une réglementation genre tabac, à commencer par des wagons « sans téléphones mobiles » dans les trains, comme on a introduit progressivement les wagons non-fumeurs. Les pouvoirs publics, opérateurs et fabricants, émettent bien quelques recommandations dans ce domaine. Si la plus importante (un usage modéré) est généralement absente pour des raisons commerciales évidentes, les plus importantes des autres (utilisation en mode mains libres et pas d’utilisation en mouvement) n’ont aucun aspect contraignant et ne sont tout simplement pas respectées, dans l’immense majorité des cas, ce qui pose problème. Deux générations de mobiles cohabitent actuellement : la 2G (GSM) fait figure de brute épaisse avec ses niveaux de puissance élevés, la régulation très peu efficace et la pulsation basses fréquences marquée. La 3G (UMTS) représente un progrès important coté mobile avec surtout une régulation très efficace garantissant un niveau d’exposition faible dans de bonnes conditions d’utilisation (nombre de barrettes suffisant et ne pas utiliser en déplacement). Coté antennes-relais hélas l’UMTS n’apporte aucun progrès, les niveaux étant aussi (ou plus) élevés qu’en GSM. Le DAS peut être pris en compte mais est beaucoup trop réducteur. Il ne reflète que l’aspect thermique à puissance d’émission maximale (alors qu’un mobile régule la puissance) et sans détailler les différentes fréquences utilisées. Il faut également prendre en compte la sensibilité et l’efficacité de l’ensemble émetteur HF du téléphone mobile. Les mesures de champs électriques en situation réelle sont beaucoup plus instructives pour révéler le comportement d’un mobile dans différentes situations. Elles révèlent des niveaux de plusieurs dizaines de V/m au contact du mobile et plusieurs V/m dans l’entourage, avec des niveaux en général très inférieurs en 3G sauf mauvaises conditions. L’indication en temps réel de la puissance d’émission effective sur les mobiles constituerait un progrès décisif. Pour réduire son exposition l’utilisateur a intérêt à utiliser le mode mains libres : idéalement le HP du mobile sinon des oreillettes filaires en 3G (déconseillé en GSM). Nous déconseillons également l’usage du Bluetooth. Les pochettes de protection peuvent (modestement) réduire l’exposition (mais aussi la sensibilité) en mode GSM. Elles sont toutefois contre-productives en 3G. Les protections biologiques sont plus hasardeuses. Elles peuvent avoir un effet, mais difficilement vérifiable et forcément limité, et ne dispensent pas de suivre les recommandations. Les Smartphones sont un phénomène de société et prennent un essor fulgurant. Leur danger vient d’une utilisation excessive (usagers accros) ou dans de mauvaises conditions (surfer dans un train) ainsi que de leurs interfaces WiFi. En effet bon nombre de leurs applications font appel au réseau (3G ou WiFi). Le risque est grand alors d’avoir des connexions fréquentes et d’une durée importante, ce qui entraine une forte exposition aux rayonnements. De plus l’usager ne sait plus en fait quand le mobile émet ou pas ! (cas de la TV sur mobile par exemple). En résumé : toujours privilégier les solutions filaires. Pour une utilisation sans risque du mobile on peut donner les indications suivantes : limiter l’utilisation (nombre et durée) le plus possible, privilégier les SMS ou conversations courtes, utiliser la 3G avec un maximum de barrettes et en statique, mode mains libres HP ou oreillettes filaires. Ne pas porter le mobile sur soi et l’éloigner le plus possible du corps pendant son utilisation. Dans ces conditions, pour une personne non ElectroHyperSensible, les risques sont presque négligeables.

Nos 10 Conseils

1) Restrictions d’usage : pas de mobiles pour les enfants. Éviter l’usage pour les femmes enceintes, les personnes âgées et toute personne en état de faiblesse physique ou psychique, ainsi que les porteurs d’implants (pacemaker).

2) Privilégier le filaire pour les communications ou accès internet dès lors qu’une solution filaire est à portée, surtout au domicile et au travail ou les installations fixes sont disponibles, gratuites et sans nuisances. (A condition bien sur de ne pas utiliser de téléphones sans fil type DECT ni de connexions WiFi !)

3) Choix et paramétrage du mobile et des forfaits : choisir un mobile avec un DAS bas mais une bonne sensibilité. Prendre un modèle disposant de la 3G (vérifier la couverture de votre région par votre opérateur). Choisir un forfait bloqué adapté à vos besoins pour maitriser (limiter) les couts et votre exposition aux ondes Désactiver le WiFi et le Bluetooth. Si utilisation du GPS le paramétrer pour utilisation autonome sans accès réseau.

4) Limiter l’utilisation du mobile : nombre et durée des communications. Utiliser uniquement si nécessaire, conversations les plus courtes possibles (limiter en tous cas à 6 minutes maximum) ou mieux utilisation des SMS. Éteindre le mobile ou le mettre hors connexion autant que possible pour éviter les émissions en veille radio. Attention aux excès avec les Smartphones (durées de connexion à internet) qui génèrent un trafic conséquent. Surfer longuement dans un train est à proscrire (niveaux de champs élevés en continu). Pensez aux voisins ! Ne pas utiliser le WiFi ni le Bluetooth sauf besoin particulier.

5) Utilisation dans des conditions optimales : rechercher les endroits ou le signal est maximal (barrettes). Ne pas téléphoner depuis des endroits confinés, cages métalliques, véhicules ou transports en commun (surtout en mouvement). Privilégier la 3G lorsque la couverture est bonne (régulation de puissance plus efficace, donc champs électriques beaucoup moins élevés qu’en GSM la plupart du temps, et pas de pulsations basses fréquences).

6) Utiliser le mode mains libres : idéalement utiliser le haut-parleur, lorsque la situation le permet. Un kit filaire assure une bonne protection en mode 3G, beaucoup moins (éviter) en mode GSM. Éviter les oreillettes Bluetooth, polluantes. Dans tous les cas éloigner le téléphone du corps autant que possible.

7) Éteindre ou mettre hors connexion le mobile dans les transports en commun : même non utilisé, en veille le mobile émet fréquemment à forte puissance (aux changements de cellules). Lorsqu’il est utilisé il émet beaucoup plus fort qu’en utilisation statique en champ libre (ceci est du à la vitesse et aux réflexions sur les parois métalliques).

8) Téléphonie passive : respecter le voisinage, surtout dans les lieux publics. Se mettre à l’écart pour téléphoner (impact des ondes sur plusieurs mètres) et surtout éteindre le téléphone dans les transports en commun.

9) Éviter les téléchargements volumineux : Effectuer lorsque c’est possible les téléchargements en filaire par internet sur un PC, puis du PC vers le mobile, toujours en filaire.

10) Ne pas se croire protégé par une pochette ou une pastille ! les pochettes réduisent modérément les niveaux de champ en mode GSM (mais aussi la sensibilité). Elles sont contre-productives et déconseillées en mode 3G. Les protections biologiques (pastilles) peuvent ou non avoir un effet mais ne garantissent en aucun cas une immunité et ne dispensent pas de prendre toutes les précautions par ailleurs nécessaires.

Liens intéressants sur le sujet :

Dossiers de Next-Up sur les DAS des mobiles et conseils d’utilisation : http://www.next-up.org/divers/DAS.php#1 et http://www.next-up.org/Newsofthewor... http://www.nextup. org/pdf/12_Conseils_de_prevention_afin_de_limiter_son_exposition_aux_rayonnements_du_telephone_mobile.p df

Quelques dossiers techniques :

http://www.bag.admin.ch/themen/stra... http://www.securiteconso.org/articl... http://www.inrs.fr/inrs-pub/inrs01....

Étude fine sur le rayonnement des téléphones 3G :

http://ursi-france.institut-telecom...

Test téléphones mobiles par TCO montrant les limites du DAS :

http://www.publicitet.com/download/...

Tous les mobiles répertoriés avec leur DAS et surtout une indication sur leur rayonnement réel :

(nous conseillons la consultation ce site, même s’il n’est pas parfait, avant le choix d’un mobile) www.handywerte.de Tests complets de téléphones mobiles avec notes techniques (même remarque que ci-dessus) : www.connect.de


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 626797

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site 2 - Informations générales  Suivre la vie du site Pollution électromagnétique.   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License